We Love Night

We Love Night ☾ L’équipe de nuit : Volume Un

8La nuit. Pour certains, il s’agit d’un véritable fleuron, une apothéose ou même un accomplissement. Les autres y verront la simple continuité du cycle soleil/lune. Et quelques un vous diront qu’ils vivent dedans depuis trop longtemps.

Bienvenue de l’autre côté. La nuit est tombée et WLN quitte son habit de lumière pour embrasser son contraire.
Vous voilà échoués dans une chronique à caractère sensuel, auditif et peut être philosophique selon vos envies.
Un simple objectif: trouver de quoi fermer les yeux et laisser les ténèbres nous balader dans un lointain éthéré.


Nous y voilà. Ça doit bien faire quelques temps que j’pensais à faire une chronique de la sorte. Un espace de liberté conduit par un seul mot d’ordre : ne tenir compte de rien pour laisser la nuit s’accoupler à la musique. Et oui, qui n’a jamais poussé le son de son baladeur MP3 en étant plongé dans le coton de sa couette ou de son duvet. Qui n’a jamais constaté à quel point le son peut changer et s’apprécier d’autant mieux quand nos yeux ne voient plus rien. L’équipe de nuit de ce magazine veut briser le silence des heures tardives avec des sons et morceaux qu’on pourrait croire venir d’ailleurs. Laissons donc la plume s’enflammer et les BPM s’installer pour trouver la première bande originale de nos nuits. Bien évidemment que vous soyez seuls ou accompagnés, cette playlist se laissera faire d’autant plus lors d’un atterrissage de lit…

On commence sans plus attendre avec Lorn. Artiste britannique signé chez Ninja Tune et producteur d’une musique qui ne prend aucun détour et ne se classe sans doute nul part. Pour cette première équipe de nuit, nul doute que ce genre de son laissera les quelques étincelles de lumière s’estomper au fur et à mesure que les aiguilles tournent.

Nous voilà enfin parti pour cette première nuit ensemble. Plus de lumière et juste une grande tranquillité. OKLM comme disent les jeunes. Histoire de profiter pleinement, on s’installe à l’horizontale pour s’en griller une. Peinards comme pas possible avec SevnthWonder qui donne une autre amplitude à la voix de Jhene Aiko sur ce Heart Break.

Cœur brisé ? Pas pour nous. La nuit nous accompagne et nous réserve son lot de surprise. L’amour perdu est déjà loin et, à vrai dire, on s’en fout complétement à présent. On ouvre les yeux, on se laisse partir avec le clip hypnotique d’un morceau de Simian Mobile Disco qui l’est tout autant.

Ayé ! Vous voilà prêts, conditionnés et empaquetés pour dormir. Il ne doit pas rester grand chose entre le rêve et la réalité. Alors, on peut se prêter des pouvoirs oniriques avec ce Fairmont qui lâche des constellations à coups de synthés cristallins.


Les premières lueurs du jour. La lumière perce à travers la douceur des rideaux. Le jour, cet ennemi qui vient signer le glas de la première nuit que l’on vient de passer ensemble. Comme toutes les premières fois, on se surprend à être en joie dès le matin. Deux ou trois coups d’œils suffisent à comprendre que la mission est accomplie. Deux possibilités s’offrent à vous :

– profiter jusqu’au petit dèj et, pourquoi pas, revenir plus tard
ou
– fuire en prenant vos jambes à votre cou.

En attendant votre choix, on s’écoute Tycho qui reprend Ulrich Schnauss et son I Take Comfort In Your Ignorance

Articles similaires

Lire les articles précédents :
Be Kind, Rewind #1 – Forrest Gump, Amazing Spider Man…

Une sélection des six films cultes