Cinéma

La tempête Black Storm a débarqué dans les salles !

858

En s’attaquant au genre des films catastrophes, Steven Quale s’aventure sur un terrain glissant. Nombreux sont les films américains à traiter de la destruction partielle ou entière du monde, avec plus ou moins de réussite, et à la fréquence à laquelle ils sortent, on finit par être exigeants sur leur qualité.

Dans Black Storm, le spectateur suit une équipe de météorologues à la recherche de tempêtes : toute l’année, ils ont parcouru les Etats-Unis pour en trouver et les filmer, à des fins scientifiques tout autant que commerciales, et finissent par atterir dans la petite ville de Silverton, où se prépare la plus grosse tempête de tous les temps, showtime !

Le pitch est simple et promet 1h30 d’effets visuels à couper le souffle. L’action se construit donc autour de l’équipe de météorologues, composée notamment de la belle Sarah Wayne Callies (révélée dans Prison Break ou encore The Walking Dead) dans le rôle de Allison Stone ; et autour d’une famille de Silverton composée d’un père : Gary Morris (Richard Armitage), proviseur du lycée, et de ses deux fils, Jacob et Trey, qui passent leur temps à filmer leur quotidien et donc la tempête.

8dadb4c4330f7ed4bc6fafbf1ec42742.960x480x1

La critique

Malgré un bon casting, Black Storm déçoit sur la sincérité de ses personnages, auxquels on ne s’attache pas. Sur fond de tension amoureuse entre le père de famille et la belle météorologue, et entre Jacob et sa camarade de classe, Steven Quale a tenté un juste mélange entre les scènes de tornades spectaculaires, plutôt réussies, et les scènes plus intimistes, mais rien n’y fait, le spectateur ne s’y prend pas. Black Storm finit par devenir un film sans réflexion, où destruction et chaos deviennent les maître-mots de l’histoire. Alors, certes en achetant un ticket pour Black Storm, le film catastrophe ne nous déçoit pas, mais le casting aurait largement pu être mieux mis en avant et traiter plus en profondeur le caractère des personnages principaux.

Il reste alors peu de points positifs à Black Storm pour se sauver, et en faire un film catastrophe moyen. Le premier est le mode de prise de vue utilisé dans le film : à la manière d’un Chronicle, le spectateur peut suivre l’action à travers les caméras utilisés par les météorologues, par les deux fils ou encore sur les images de surveillance et de télévision de la ville. L’autre point positif, est le côté humoristique apporté par une bande d’amis de Silverton un peu tarée et souvent bourrée, des Jackass nouvelle génération, dont on suit l’histoire en parallèle et qui sont près à s’approcher au plus proche des tornades pour prendre des risques et faire des vues sur Youtube.

Au final, l’état d’esprit de ces derniers reflète bien l’état d’esprit du film : un film catastrophe, un peu vide et naïf, aux prouesses visuelles efficaces mais qui vise plus le succès d’audience que le succès critique.

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
CINÉMA – Les sorties tant attendues du mois L'hiver approche, c'est le moment de se faufiler en salles obscures et de se mater un bon film. Ce mois-ci de bonnes surprises sont à l'affiche
CINÉMA – The Revenant, notre avis… Spoiler : à la fin, DiCaprio décroche (enfin !) un Oscar avec ce film.
Lire les articles précédents :
Don’t Miss It #17

17ème édition de notre sélection musicale hebdomadaire. Au programme, les dernières nouveautés et les coups de cœur de la rédaction.