Événements Report

REPORT – La 10ème édition du Cabaret Vert

IMG_4360

Je suis de retour et je vais vous raconter mon aventure durant cette 10eme édition du Cabaret Vert.

Tout a commencé le jeudi à l’heure d’arrivée au camping. Un endroit qui m’avait manqué avec toute son animation et sa grande sélection de personnes insolites. Le premier jour du festival a vu passer 23000 festivaliers et, à la fermeture des portes, cette édition a vu entrer 94000 participants. Un chiffre qui a rendu le festival complet aussi bien devant les scènes que sur le camping, qui a du se voir rajouter plusieurs places pour pouvoir tous nous y accueillir.

J’ai débuté le festival avec Metronomy. Un groupe qu’on ne vous avait pas présenté dans notre article sur le line-up du Cabaret. Ce groupe m’a beaucoup plu par son énergie sur scène et le fait d’avoir joué leurs morceaux les plus connus de l’album The English Riviera et de leur dernier Love Metters.

J’ai ensuite continué avec Joey Bada$$ avec qui j’ai eu la chance de parler. En arrivant, on découvre un artiste qui impose son coté bad-boy, avec sa tenue vestimentaire et son caractère, en s’allongeant sur le canapé. Petit échange sur le rap dans l’hexagone, dans lequel Joey nous dit connaitre Joke et Booba. D’ailleurs, je retiendrai surtout son étonnement quand je lui ai affirmé que Booba était un concitoyen de Miami. Une belle rencontre qui s’achève avec le départ de Joey pour aller sur scène. Un check plus tard on le retrouve sur scène pour voir s’il est à la hauteur de son Badass de surnom. Essai transformé avec un flow hors norme que je ne peux que vous recommander !

Côté scène, j’ai continué de profiter des groupes venus pour l’occasion. Je retiens la prestation complétement barrée de Die Antwoord qui ont mis le feu à la scène Zanzibar. On a ensuite décalé du côté de l’autre scène pour aller voir Flume. Le jeune Australien nous a livré un live digne des plus grands. Il a su nous emporter dans son univers à part entière avec sa musique, mais aussi par la scène en elle-même. Jeux de lumières de folie et écran géant pour retrouver les clips du producteur. Un gros coup de cœur de la programmation !

La première journée s’achève sur le festival et continue sur le camping. Certains dorment et reprennent des forces. D’autres non, mais c’est ça les festivals après tout, non ?
La seconde journée débute avec The Cool Kids. Un live captivant avec le talent et l’univers américano-américain de ce groupe. La journée s’annonce belle, puisqu’on retrouve plus tard l’un des groupes les plus renommés en Grande Bretagne : les punks électriques de The Prodigy. On part outre-manche l’espace d’un show furieux, à l’image du groupe et de Keith Flint. On en prend plein les oreilles avec des titres comme le célèbre Smack My Bitch Up ou le plus récent Omen. Les yeux ne sont pas pour autant épargnés avec un show des plus explosifs.
Le second jour du Cabaret Vert aura été aussi l’occasion de découvrir une spécialité culinaire locale : la “Croûte Ardennaise” dont j’ai eut du mal à me passer les jours suivants. Mais je n’étais pas le seul à attendre le retour de ce stand. La cuisinière nous a confié que des festivaliers attendaient ce rendez-vous chaque année. On ne le dira jamais assez, tout festivalier aussi costaud qu’il soit à besoin de se nourrir, gros plaisir que de le faire bien ! On était parés pour aller voir Kavinsky venu nous présenter son dernier opus : Outrun.
Le dernier jour de concerts arrive. C’est aussi le jour où j’ai pu aller voir mon favori : SchoolboyQ. Une prestation à la hauteur de ce que je pouvais imaginer. Dommage que le public, qui était bien présent, ne connaissait pas totalement les chansons du rappeur, qui se retrouvait souvent seul pendant les coupures entre ces morceaux, ou au moment de faire participer le public.
C’est un des artistes que je recommande à tous ceux qui auront la chance de le voir, tout comme je recommande le dernier groupe que j’ai vu. The Parov Stelar Band m’a également impressionné par leur magnifique live électro-swing et par le charisme et la voix étincelante de la chanteuse.
Enfin, le groupe que j’appréhendais de voir mais qui m’a marqué par un concert décalé, une énergie plus qu’époustouflante et des paroles sans queues ni têtes : Salut c’est Cool. Un mélange d’électro et de mots vulgaires, du même genre que des groupes tel que Sexy Sushi ou Panpan Master. Après ce dernier concert complètement barré, il est de nouveau l’heure de retourner au camping et de profiter de cette dernière nuit.

Au final, l’ambiance était encore plus folle que l’année dernière. Il est temps pour moi de remercier toutes les personnes qui ont contribué au bon déroulement de cette édition : les bénévoles, les artistes, la sécurité, la mairie, les partenaires et bien sûr tous les autres festivaliers ! J’espère vous avoir fait voyager par mon article et vous avoir donné l’envie de participer à la prochaine édition. J’espère juste que le soleil sera plus au rendez-vous pour les futures éditions. Rendez-vous l’année prochaine ! – K.H.

Articles similaires

EVENT – Nancy Jazz Pulsations 2017 : le programme Le festival Nancy Jazz Pulsations s’apprête une fois de plus à rythmer la cité ducale pour sa 44ème année. On vous dit tout ce qu'il faut savoir...
Concours – 2×2 places à gagner pour la soirée Trap House à LNVRS À l'occasion de la rentrée de L'Envers Club, nous organisons un concours pour vous faire gagner 4 places pour assister à l'événement Trap House
Dour Festival : reportage croisé d’un fan de techno et d’un fan de rap Deux de nos rédacteurs spécialisés en musique ont été en Belgique, au Dour Festival, pour faire un reportage croisé, entre fan de rap et de techno
CONCOURS – 2×1 place à gagner pour le Closing de L’Ostra avec Zadig Pour ce closing de la saison de L'Ostra Club, un très grand artiste sera de retour au club : Zadig. Pour l'occasion, on te fais gagner 2 places
CONCOURS – 4 places à gagner pour Crème Gentilly à la Piscine Gentilly & Apologia à LNVRS Ce vendredi 30 juin, nous vous proposons de gagner 4 places pour les évènements Crème Gentilly à la Piscine Gentilly et Apologia à l'Envers Club
Lire les articles précédents :
Old School Division #9

L'histoire de la musique avant le MP3...ou presque ! Neuvième édition de notre playlist hebdo aux arômes de poussières.