Cinéma

Be Kind, Rewind #3

BKR #3

Salutation fidèles compagnons ! On termine la semaine en beauté avec notre nouvelle Be Kind, Rewind #3 encore plus riche que jamais. Hop hop hop installez-vous confortablement c’est parti !

On commence par la sélection québécoise  de Louise : Starbuck de Ken Scott sorti en 2011.
« Box-office au Québec, constance en France et décrit comme l’un des meilleurs films de 2013 selon le magazine Variety, c’est un film regorgeant d’humanité, d’humour, et de vie. David Wosniack est un éternel adolescent de 42 ans qui n’a jamais su prendre ses responsabilités aux sérieux, entre un job foireux, une culture de weed ratée, des problèmes financiers et une relation amoureuse bancale. Tout va changer le jour où il apprend que, lors des deux années où il a donné son sperme à un hôpital, celui-ci a été distribué a tout va, et le voilà papa de 533 enfants. Une bonne centaine s’est regroupée dans un recours collectif pour savoir qui est son géniteur, et là les ennuis commencent.. C’est un film touchant, et le fait que l’accent québécois soit présent rajoute pour nous petits français une dimension comique irrésistible ! Par contre, on passera sous silence la reprise par les français avec Fonzy. Grossière erreur, Starbuck était déjà parfait. »


On continue dans notre lancé avec la sélection de Benjamin : Sin City de Robert Rodriguez, Frank Miller & Quentin Tarantino sorti en 2005.
«Que dire de ce film, de ce chef-d’œuvre, graphiquement réussi, visuellement époustouflant et au casting impressionnant : Bruce Willis, Mickey Rourke, Jessica Alba, Benicio Del Toro… se donnent la réplique dans ce film qui suit 3 histoires sombres d’habitants de Sin City : une brute épaisse qui veut venger une prostituée, un flic qui veut s’opposer à un pédophile et un autre flic violent qui protège le quartier le plus sombre de la ville. Une ambiance noire vous l’aurez compris, un film aux couleurs et à l’ambiance envoûtante, dont on a envie de parler longuement mais dont on préfère en dire le minimum pour vous laisser savourer. Pour vous curieux la suite sort d’ailleurs le 17 septembre et WLN vous en reparlera alors prenez note ! »


Maintenant on enchaîne avec la sélection de Matthieu : Déjà vu de Tony Scott sorti en 2006.
« Pour les fans de thrillers casse-tête américains  et de voyage dans le temps ce film est fait pour vous. Denzel Washington, Jim Caviezel en méchant, une plongée intéressante dans “le voyage dans le futur” vue d’une façon différente. Denzel essaye ici de comprendre l’explosion d’un bateau grâce à une équipe de scientifique et des technologies avancées permettant de modifier les faits présents 4 jours avant ! Un film où l’on comprend à chaque fois qu’on le regarde quelque chose en plus… Une enquête bien ficelée, plutôt réussie, un bon moment. »


Faites place la sélection de Pieral: Christine de John Carpenter sorti en 1983.
« Allez hop. On oublie la voiture autonome de Google qui est bien trop gentil… Passons directement à son pendant maléfique la Plymouth Fury dans sa robe rouge : Christine. Créée par le grand designer automobile Stephen King en 83, ce modèle s’est ensuite vu attribuer les services de John Carpenter pour un portage sur pellicule. Que pourrait-il se passer quand la victime du lycée se paye une voiture en ruine ? Ambiance oldschool pour ce film du maître de l’épouvante avec une voiture possédée qui n’aime pas la concurrence des filles. Effets spéciaux d’époque et suspens à l’encienne pour ce film qui a fait un tabac à la sortie. Côté musique, qu’on ne peut zapper, on retrouve toujours les synthés de Carpenter himself plus une BO bien de chez Obama. Bref, un film qui peut faire peur mais surtout un rêve de gamin que d’en avoir une. Mettez votre ceinture, ne buvez pas de trop et prenez la route tranquillou. Christine s’occupe du reste. Petite anecdote drôle qui n’en est pas une : Christine est aussi le nom d’un duo de producteurs français. Le même nom pour un univers qui n’est pas loin de cette Plymourth rouge.. »


On poursuit avec la sélection horrifique de Willy : Bienvenue à Zombieland de Roben Fisher sorit en 2009.
« Un film comédie de Zombie à regarder sans modération et sans prise de tête. Le monde est infesté de zombies, et deux hommes tente de survivre, l’un est froussard et maladroit, l’autre est un bourrin dont le seul but est de manger les derniers biscuits twinky dispo sur terre. Lorsqu’ils font la rencontre de deux survivantes, leur voyage prend une autre tournure et l’entente entre les quatre personnages devient plus difficile que l’éradication des Zombies mêmes. Emma Stone et Jesse Eisenberg se partage la vedette. Un humour omniprésent et du cassage de zombies à la pelle font sans aucun doute l’un des meilleurs films de zombies ! »


Voici la sélection de Guillaume: Seven de David Fincher sorti en 1996.
« Un polar trépidant de David Fincher dans lesquels Brad Pitt et Morgan Freeman sont au sommet de leur art, Gwyneth Paltrow en second rôle de luxe et un Kevin Spacey magistral. On se laisse prendre dans cette course-poursuite du criminel adorateur des sept péchés capitaux qui sont la gourmandise, l’avarice, la paresse, l’orgueil, la luxure, l’envie et la colère,  jusqu’à aboutir à un final qui laisse bouche-bée. Un chef-d’œuvre absolu.»


On termine avec la sélection d’Orlane : Into the Wild de Sean Penn sorti en 2007.
« Il s’agit ici de l’adaptation du roman Voyage au bout de la solitude de Jon Krakauer inspiré d’une histoire vraie. Christopher McCandless ( Emile Hirsch), 22 ans, étudiant américain brillant promis à une belle carrière, a une soif d’absolu et de liberté sans limites. Ne supportant plus ses parents et rejetant les principes de la société moderne il plaque tout du jour au lendemain pour partir à l’aventure, en quête de lui-même, pendant deux longues années. Au fil de son voyage, Christopher McCandless va se donner un nouveau nom, celui d’Alexander Supertramp le Vagabond, et ainsi faire des rencontres qui le forgeront. Des acteurs qui jouent parfaitement leurs rôles et un Sean Penn qui s’en sort avec les honneurs derrière la caméra que demander de plus. La musique de Vedder colle parfaitement à la situation du jeune homme ce qui est incroyablement émouvant. Un film poignant plein de poésie et de pureté qui vous fou une sacrée claque. »

On se donne rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle Be Kind, Rewind, mais en attendant vous avez de quoi vous occuper l’esprit. A très vite !

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
CINÉMA – Les sorties tant attendues du mois L'hiver approche, c'est le moment de se faufiler en salles obscures et de se mater un bon film. Ce mois-ci de bonnes surprises sont à l'affiche
CINÉMA – The Revenant, notre avis… Spoiler : à la fin, DiCaprio décroche (enfin !) un Oscar avec ce film.
Lire les articles précédents :
The Flash : Pourquoi autant d’easter eggs ?

/!\ ATTENTION SPOILER /!\ Focus sur les surprises cachées dans la nouvelle série adaptée de DC Comics : The Flash.