Cinéma

Hercule : tout dans les muscles et rien dans la tête.

Hercule

Le fait que je commence à écrire cet article pendant la séance vous en dit long sur l’analyse qu’on peut en faire. Venu prêter ses muscles au héros mythologique Hercule, Dwayne Johnson rempile pour un énième Blockbuster péplum bourrin, plein d’hémoglobine, réalisé par Brett Ratner.

Il incarne donc cette montagne de muscles, mercenaire au grand cœur tiraillé par ses démons et hanté par le meurtre de sa famille.
Accompagné de sa « team » de mercenaires aussi assoiffés de sang que lui, et d’un conteur chargé de transformer leurs combats en exploits mythologiques. La mauvaise troupe donc parcourt les terres de Grèce, Thrace… afin de venir en aide à la veuve et l’orphelin.

Dans le film, Hercule est chargé de régler une guerre civile (rien que ça), qui détruit les terres de Thrace. Il se bat donc vigoureusement pour réussir sa mission et gagner le double de son poids en or, car même les héros ont des factures à payer.

Toujours affublé de sa tête de lion – gagnée lors de ses 12 travaux – et de sa masse, même lorsqu’il ne faut pas se battre, Hercule est un concentré de violence à l’état pur.

Alors on sourit parfois sur certaines punchlines bien fameuses des blockbusters américains, notamment celle d’Ampharios qui est sûrement le personnage le plus drôle. On est émerveillés quelques secondes sur les paysages du film, on reste hypnotisés par la beauté d’Irina Shayk, accessoirement femme de Cristiano Ronaldo, et on trouve intéressant le jeu sur le questionnement des légendes du monde mythologique. Toutefois, le film peine à convaincre, reste plat tout comme ses personnages principaux et ennuyeux car il ne décolle jamais, même si le retournement de situation final suscite un minime intérêt chez le spectateur. 1h38 de baston mythologique sans aucune originalité. Comme « Expendables 3 » la semaine dernière, on est pas déçu puisqu’on sait à quoi s’attendre mais on attend toujours le film de ce genre qui saura se démarquer, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a de la place.

irina-main_2930612a

Alors, si vous aimez vous défouler, voir le sang couler et ne pas réfléchir, ce film est fait pour vous, l’hémoglobine avant les neurones et les blockbusters seront bien gardés !

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
CINÉMA – Les sorties tant attendues du mois L'hiver approche, c'est le moment de se faufiler en salles obscures et de se mater un bon film. Ce mois-ci de bonnes surprises sont à l'affiche
CINÉMA – The Revenant, notre avis… Spoiler : à la fin, DiCaprio décroche (enfin !) un Oscar avec ce film.
Lire les articles précédents :
La parité dans les comics

Focus sur les comics et leur analyse de la société à travers l'histoire de leurs héros.