Interviews Musiques

Interview #10 – Black Strobe

Black-Strebe-20587

Interview #10 – Black Strobe

Lors de cette 41ème édition des Nancy Jazz Pulsations, nous avons eu l’occasion de rencontrer le groupe Black Strobe.


Bonjour, dans un premier temps je vous laisse vous présentez.

Nous sommes Black Strobe. Je suis Arnaud Rebotini. Benjamin Beaulieu. Mathys Dubois. Mathieu Zub.

Pourquoi avoir choisi comme nom de scène Black Strobe ?

Arnaud : Je sais plus, c’était il y a tellement longtemps tu sais, je sais plus.

Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas, quel est votre style de musique ?

Arnaud : C’est une sorte de blues très électronique. L’idée c’est de faire une musique inspirée du country et du blues et de le faire de manière actuelle et européenne.

Votre dernier album « Godforsaken Roads » vient de sortir. Qu’est qui vous a inspiré en studio, et comment décririez-vous ce nouvel album ?

Arnaud : Ce qui nous a inspiré ce sont un peu tous les groupes depuis les débuts du rock. Il y a toujours une recherche vers le bayou, vers le sud des Etats-Unis. Cette musique inventée dans les années trente, quarante, voire même avant sans doute ; c’est une source d’inspiration vers laquelle les musiciens vont continuellement se référer. Que ce soit les Beattles, les Rolling Stones, Led Zeppelin, les White Stripes, les Blak Keys, Depeche Mode, ou nous. C’est ça l’idée, c’est d’essayer de s’inspirer, d’aller puiser dans cette source, dans cet espèce de Big-Bang du rock, et d’y ajouter un peu de matière pour essayer d’en faire quelque-chose d’actuel et de personnel.

Quels instruments électroniques utilisez vous en studio ?

Arnaud : Des synthétiseurs vintage. Il y a pas mal de Jupiter 8, de Rolland DP330, ou des Memorymoog.

Quel sont vos futurs projets après cet album ?

Arnaud : Dans l’immédiat je sors un maxi techno sous mon nom en Novembre, qui est la suite de la B.O que j’ai fait pour le film Easterns Boys. Mais pour le moment on tourne, donc les autres projets sont encore dans nos cerveaux pour l’instant.

Pour ma part j’ai découvert votre groupe grâce au film Rock’N’Rolla de Guy Ritchie, ça fait quoi d’entendre sa musique dans des films comme Django Unchained ou des séries comme The Walking Dead ?

Arnaud : Tu vois c’est une reconnaissance de grands noms du cinéma et ça fait plaisir. C’est aussi une belle promo.

Arnaud, on te connait aussi pour ton projet solo. Quelle est la différence entre Arnaud Rebotini et Black Strobe ?

Il y en a un c’est un projet techno solo, et l’autre c’est un groupe dans lequel je chante et je fais un peu de synthé, plus basé sur des chansons ; un peu moins fonctionnelles que le coté Rebotini, qui sont plutôt axées sur le dancefloor.

Comme on parle du passé, vous vous êtes rencontrés chez Rough Trade. Vous voyez comment le marché de la musique aujourd’hui, vous trouvez qu’il a évolué ?

C’est très différent. Cette époque là c’était dans les années 90. Rough Trade était à Paris et quand tu rentrais dans ce magasin, tu te retrouvais à Londres, il y avait la presse anglaise, toutes les infos, c’était un autre monde. Un monde qui n’existe plus maintenant. Le marché de la musique a évolué, internet a apporté vraiment beaucoup de choses à la diffusion de la musique. Je pense que le marché de la musique, globalement, ne s’est jamais aussi bien porté. Sauf pour les majors… Pour les groupes c’est pas mal, beaucoup de gens consomment de la musique, beaucoup de gens vont en concert, en festivals. Ce qui a juste changé c’est les sources de revenus, elles viennent beaucoup moins du disque maintenant, mais plus de la scène.

Pour vous quels sont les artistes au top dans le domaine de l’électro en cette saison 2013-2014 ?

Arnaud : Le mec qui est vraiment au top c’est Gesaffelstein, avec des sons électro-dark, comme je peux bien aimer.

En un seul mot : Black Strobe, c’est ?

Arnaud : Une bonne Corona. C’est difficile à dire… Voilà, Black Strobe c’est difficile, mais c’est bon.

Questions diverses. Arnaud, où est passé la moustache ?

Arnaud : Je sais pas, si tu la retrouve tu me diras où elle est. Hier matin je me suis reveillé et elle avait disparue.

Un bonne série, c’est ?

Les Sopranos, c’est une source inépuisable d’inspiration. Et puis ils sont bien habillés.

Un bon jeux vidéo, c’est ?

Arnaud : On est trop vieux pour jouer aux jeux-vidéos. Mais sinon, Mario Kart 8 parce que j’y joue avec mon fils, ou Fifa.

Une dernière question : un animal totem ?

Arnaud : Le tigre, pour Tigerman ; ou le singe, pour Monkey Glands.

Merci à vous !

Articles similaires

CONCOURS – 2×1 place à gagner pour l’Opening de L’Ostra Club À l'occasion de l'opening de L'Ostra Club pour sa saison 2017-2018, on organise un concours pour vous faire gagner 2x1 place pour assister à la soirée
Concours – 2×2 places à gagner pour la soirée Trap House à LNVRS À l'occasion de la rentrée de L'Envers Club, nous organisons un concours pour vous faire gagner 4 places pour assister à l'événement Trap House
Dour Festival : reportage croisé d’un fan de techno et d’un fan de rap Deux de nos rédacteurs spécialisés en musique ont été en Belgique, au Dour Festival, pour faire un reportage croisé, entre fan de rap et de techno
NANCY – L’artiste Mire vient de sortir son premier EP Entièrement réalisé et produit en indépendance par l’artiste nancéien Mire, le projet "A Meaning of Love" vient de sortir en digital et en streaming
REPORT – Jardin du Michel, Jour #1 : Feder, Jabberwocky, Lorenzo, 2 Many Djs… Pour sa treizième édition, hors de Bulligny cette fois, à Toul précisément, le festival du Jardin du Michel a réuni des artistes divers et variés
Lire les articles précédents :
Copie Blanche, les Djs de Nancy à suivre de près

N'ayez plus peur de la copie blanche, laissez-vous donc aspirer par l'univers personnel d'un DJ qui remplirait de par son imagination le néant de cette copie.