Interviews Musiques

Interview #12 – What So Not

WSNCD900x315

Interview #12 – What So Not

Pour la première date du “Flying To Europe Tour” de What So Not, porté sur scène par Emoh Instead, nous avons eu l’honneur de le questionner à propos de ce projet en commun avec Flume, lors de son concert à l’Envers Club.


Tu peux nous présenter le projet What So Not ? Est-ce votre vision partagée de la musique qui t’as amené à travailler avec Flume ?

Oui. Nous avions déjà commencé à travailler ensemble Harley et moi, bien avant qu’il ne devienne Flume. Cela fait peut-être 5 ans maintenant que nous travaillons ensemble. Nous vivons dans la même ville, à Sidney. Je jouais à l’époque dans des soirées et dans des clubs de la ville et lui produisait dans sa chambre. On s’est dit pourquoi pas travailler ensemble ? On a commencé alors à se pencher sur des projets communs, et nos idées convergeaient assez souvent dans le même sens, ce qui est assez cool.

Le morceau « High You Are » est vraiment magique. Qui est la chanteuse ?

Son nom est Ashley, elle vient de Sidney également. Elle a vraiment fait un gros travail sur ce morceau, elle nous a impressionné. Quand on l’a fini, on l’a immédiatement enregistré et masterisé ; on l’a proposé dans la foulée au label et il est sorti deux semaines après environ. C’était vraiment impressionnant.

Avez-vous l’intention de travailler de nouveau ensemble ?

Oui, bien sur. Je pense que c’est inévitable. Le prochain single sera d’ailleurs probablement en collaboration avec elle, et une nouvelle fois ce sera magique.

Votre dernière chanson « Tell Me » a été publiée il y a sept mois déjà, en featuring avec RL Grime. Travaillez-vous sur de nouveaux morceaux ?

Oui. Nous avons un EP entier que nous allons sortir prochainement. On est très excités de le sortir, on travaille sur tout le contenu, le package, et plein d’autres choses…

Je suis tombé sur un morceau récemment qui s’appellerait “ID” d’après ce que j’ai lu…

(Rires). J’étais quasiment sûr que tu allais aborder le sujet… C’est un titre qui est sorti d’un coup, j’en dirais pas plus. Mais je suis content que tu aies abordé le sujet.

Le clip du titre « Jaguar » a été un grand succès. Avez- vous l’intention de faire d’autres vidéos ?

Ce clip était vraiment génial et très excitant à faire. On a voulu faire cela de façon très artistique. Des jeunes étudiants en arts ont participé au clip, on peut d’ailleurs les voir dedans. On a voulu montrer une autre facette des clips, tout ce qui peut se passer derrière la scène, les décors et autres. On a vraiment aimé voir les jeunes s’investir autant dans ce projet et on a vraiment hâte de remettre ça dans un nouveau clip, notamment pour le prochain EP.

Je t’avoue que j’ai écouté le mix « Flying To Europe » un grand nombre de fois. La tracklist est vraiment dingue.

Franchement c’est énorme, je te remercie beaucoup ! Je pense que c’est notre mix le plus écouté qu’on ait fait. Pas mal de membres de ma propre équipe l’écoute d’ailleurs et je me dis : “comment on peut faire autant d’écoutes là-dessus ? C’est juste une mixtape !” ; c’est incroyable. On est DJ depuis plusieurs années maintenant et faire des mixtapes vraiment travaillées c’est toujours aussi excitant.

Je suis tombé sur un ancien mix assez incroyable intitulé “Fake Bratpack” sorti il y a plus de 3 ans. Quel est le secret d’un bon set ?

Comment t’as retrouvé ça ? (Rires). Pour réaliser un bon set, l’important c’est d’avoir du mouvement, pas juste de jouer des sons. Il faut toujours raconter une histoire au public en jouant les morceaux. C’est pour cela que j’aime jouer sur 4 platines à la fois. Il y a toujours quelque-chose prêt à être joué : une petite boucle sur un morceau spécifique, un beat sympa sur un autre, ou un drop intéressant. On peut comparer cela à du remix live.

En parlant de live, il y a t-il des artistes qui t’impressionnent vraiment en concert ?

C’est dur à dire… Avec les tournées, on est pas trop disponibles. Par contre, je me rappelle d’un concert il y a quelques mois à Los Angeles, c’était un concert de Flying Lotus. Il tournait pour son nouvel album. Il avait une sorte de scène en 3D avec de gros effets graphiques et visuels devant et derrière lui. C’était impressionnant.

Quel est le meilleur endroit où tu as joué ?

Il y a eu énormément de grosses soirées ou de gros évènements qui se sont bien passés et qui étaient vraiment cools. Je pense qu’un des plus impressionnants était au Redrock Festival en Amérique. C’était une immense scène, une sorte de grand amphithéâtre naturel dans les montagnes, et ça c’était dingue.

Quelle est la chose la plus folle que tu as fait en tournée ?

Euh… (Rires). J’avais l’habitude de boire avant et je faisais pas mal de conneries, mais j’ai arrêté de faire des choses stupides. On peut dire que j’ai grandi et que je suis très professionnel maintenant. (Rires).

Tu va jouer quatre fois en France durant cette tournée, c’est ta première fois ici ? 

Oui, c’est vraiment la première fois que je viens en France, et la première fois que je viens en Europe également. Quand j’étais plus jeune, c’était un endroit où je voulais aller, mais c’était trop cher à l’époque…

Je pense que tu ne seras pas déçu…

Oui effectivement, le public est déjà en forme apparemment et ça s’annonce très très bien pour le début de la tournée. Merci à vous pour cet accueil d’ailleurs, et merci pour l’interview !

Merci à toi et bonne tournée !

Articles similaires

CONCOURS – 2×1 place à gagner pour l’Opening de L’Ostra Club À l'occasion de l'opening de L'Ostra Club pour sa saison 2017-2018, on organise un concours pour vous faire gagner 2x1 place pour assister à la soirée
Concours – 2×2 places à gagner pour la soirée Trap House à LNVRS À l'occasion de la rentrée de L'Envers Club, nous organisons un concours pour vous faire gagner 4 places pour assister à l'événement Trap House
Dour Festival : reportage croisé d’un fan de techno et d’un fan de rap Deux de nos rédacteurs spécialisés en musique ont été en Belgique, au Dour Festival, pour faire un reportage croisé, entre fan de rap et de techno
NANCY – L’artiste Mire vient de sortir son premier EP Entièrement réalisé et produit en indépendance par l’artiste nancéien Mire, le projet "A Meaning of Love" vient de sortir en digital et en streaming
REPORT – Jardin du Michel, Jour #1 : Feder, Jabberwocky, Lorenzo, 2 Many Djs… Pour sa treizième édition, hors de Bulligny cette fois, à Toul précisément, le festival du Jardin du Michel a réuni des artistes divers et variés
Lire les articles précédents :
ART – Niki de Saint-Phalle s’expose au Grand Palais

Retour sur l'exposition Niki de Saint-Phalle qui se tiendra jusqu'en février 2015 au Grand Palais de Paris.