Uncategorized

SÉRIES – Doctor Who, une huitième saison pas à la hauteur

doctor_who_67552

Doctor Who, emblème de la culture télévisuelle britannique, est une véritable institution dans son pays. Elle est revenue avec une huitième saison (depuis la reprise en 2005, la série classique datant de 1963) le 23 août dernier et s’est terminée il y a à peine deux semaines.

Les britanniques sont connus pour leurs séries de grande qualité (on pense à Utopia par exemple) au casting toujours impeccable. Nouveau Docteur, nouvelle mission, nouveaux horizons ; cette saison huit de Doctor Who était pleine de promesses. Malheureusement les avis sont très mitigés à son sujet (à la rédac, les avis divergent). De manière générale, elle n’a pas su convaincre et a déçu beaucoup de whovians (petit nom donné aux fans)… On vous dit pourquoi (le tout sans spoiler, s’il vous plait).

La série a la possibilité de se renouveler continuellement, d’explorer de nouvelles planètes, découvrir de nouvelles espèces. Malheureusement, on tourne beaucoup en rond. On en revient toujours aux mêmes grands méchants comme les Dalek ou encore les Cybermen. Si on a affaire à de nouvelles espèces, elles sont souvent très inspirées d’anciens épisodes (les Boneless rappellent les Vashta Nerada et dans Deep Breath on ne peux s’empêcher de penser à The Girl in the Fireplace), seul le Teller a pu se démarquer du lot. Quant aux scénarios, ils se suivent et se ressemblent (Into the Dalek qui rappelle fortement Dalek dans la première saison) et on quitte rarement la Terre (neuf épisodes sur douze quand même) alors que le principe du voyage dans le temps et l’espace laisse bien des possibilités d’évasion.

Steven Moffat, showrunner de la série depuis la saison cinq en 2010 (scénariste depuis la reprise en 2005) aime s’approprier majorité des intrigues qui ont pu être traitées avant lui, et c’est rarement pour le meilleur. Sans trop en dire, on ramène des personnages qui n’avaient plus rien à faire là, on vient toucher massivement au passé des personnages (pour ne plus en reparler du tout par la suite). On est dans l’incompréhension, complètement.

doctor-who-season-8-episode-5-time-heist-s08e05

Dans cette lancée, qui dit nouveau Docteur dit nouveau visage mais aussi, nouvelle personnalité. En effet chaque Docteur est connu et reconnu (outre sa tenue vestimentaire) pour avoir une personnalité bien à lui tout en gardant son essence principale. Le soucis majeur avec Twelve, c’est que ce qui caractérise le Docteur au plus profond est peu présent et disparaît bon nombre de fois. Haineux et mauvais envers l’espèce humaine (mais pas que) pour qu’il y a généralement, envers et contre tout, beaucoup d’estime. Exécrable avec Clara, on retombe dans le paternalisme dont faisait preuve la série classique (surtout dans The Caretaker), et c’est loin d’être une bonne chose. On ne comprend pas comment on peut affubler le Docteur de telles caractéristiques (bien qu’il ai toujours oscillé entre bien et mal), le rendant presque antipathique à certains moments. D’ailleurs, on regrette le manque d’investissement total de Moffat dans ce nouveau Docteur : pas de catchphrase, pas de nouveau sonic screwdriver. On regarde sans cesse vers le passé avec de multiples références à l’ère d’Eleven alors qu’on a un potentiel énorme qui n’attend qu’à être exploité.

Malgré ça, il y a tout de même de bons éléments qu’on se doit d’évoquer. La première place est d’ailleurs attribuée à Peter Capaldi (The Tick of It, Skins…) qui prend la relève de Matt Smith avec brio. La nouvelle a été majoritairement bien reçue bien qu’on ai eu droit à de nombreuses critiques quant à l’apparition de l’acteur dans un épisode de la série (Caecillius dans The Fire of Pompeii) et son importance dans la série Torchwood (spin-off et anagramme de Doctor Who). On pensait d’ailleurs avoir une explication “Wibbly Wobbly Timey Wimey” quant à ce visage familier, mais on l’attend toujours… En tout cas, Capaldi lui, n’a pas déçu. Excellent acteur et fan de la série depuis son enfance, il a su convaincre avec un jeu tout en justesse. Affublé d’une personnalité qui laisse à désirer, il arrive quand même à nous faire aimer le personnage et nous fait regretter cet énorme potentiel inexploité.

Clara Oswald quant à elle, évolue de son côté de façon plutôt positive. Mais après avoir été une vulgaire énigme à résoudre aux yeux du Docteur, elle existe une fois de plus principalement au travers d’un autre homme ; dommage (Moffat a du mal avec les personnages féminins indépendants…). Cependant, le personnage obtient beaucoup plus de profondeur et des caractéristiques plus développées et intéressantes ; on lui donne enfin un vrai background (même si on en fait parfois un peu trop). Compagnon assez peu apprécié par les whovians, elle est largement sous-estimée.

doctor-season-8-episode-3

Même si on regrette le côté délicieusement kitsch de la série dans les premières saisons, on nous offre ici de très belles images. Les effets spéciaux sont beaucoup plus poussés (même si certains laissent encore à désirer) et on assiste à des panoramas qui viennent nous en mettre plein la vue (on pense au début de Listen, ou In the Forest of the Night). On sent qu’il y a vraiment un désir de travailler l’image pour transmettre au mieux cet univers, nous permettant ainsi d’y adhérer complètement.

On notera tout de même quelques épisodes réussis et agréables. On pense par exemple à Robot of Sherwood, très comique et bon enfant qui vient nous plonger allègrement dans l’histoire de Robin Hood and his Merry Men. Time Heist est une très bonne surprise (malgré un scénario faussement compliqué) avec des personnages secondaires forts et très intéressants, un univers nouveau et un très bon rythme. Malgré certains problèmes, Listen est un très bel épisode qui vient jouer sur nos peurs les plus communes, on s’en délecte.

En attendant, même si le casting reste toujours très bon (sauf le personnage Journey, exécrable dans Into the Dalek) et qu’on a toujours ce plaisir de lancer un nouvel épisode, cette saison huit n’a clairement pas tenue ses promesses. Scénario inutilement alambiqué, sensationnalisme sans profondeur, on tourne en rond et on regrette très fortement Russel T. Davies. On espère que le Christmas Special (dont vous pouvez voir le teaser ici et un extrait exclusif juste là) viendra nous redonner espoir ; et avec Nick Frost dans le rôle du Père Noël, on est impatients (et on l’espère aussi réussi que A Christmas Carol) ! Quant à la saison neuf, elle devrait suivre rapidement en 2015 (en diffusion continue) et on l’attend avec excitation et inquiétude.

On vous invite à venir jeter un œil aux affiches réalisées par Radio Times pour promouvoir les épisodes, c’est réussi et c’est juste ici.

doctor-who-season-8-episode-4-listen-poster-s08e04

Articles similaires

INTERVIEW – Rencontre avec Loa Lis, créatrice de vêtements Rencontre avec Lisa, une créatrice qu'on a pu rencontrer pendant le P'tit Bazart.
JEUX – Jouer à un FPS sur Chatroulette On trouve vraiment de tout sur Chatroulette.
Lire les articles précédents :
Les Hat Shop Sessions !

Hat Shop Sessions Il y a quelques jours, on vous présentait la boutique du Hat Shop, son concept, et une partie de sa collection. Aujourd'hui, nous avons le plaisir de vous annoncer que le Hat...