Cinéma

A Most Violent Year, quand la mode accompagne le cinéma

A Most Violent Year
Quand le thermomètre dégringole, on sort les gros pulls, café dans une main et on part se réchauffer dans une salle obscure pour notre culture cinématographique. Ainsi, pour ce début d’année 2015, l’équipe de We Love Nancy vous a dégoté un tout nouveau film qui sort des classiques Hollywoodiens qu’on retrouve sur grand écran depuis le 31 décembre. A 40ans à peine, J.C Chandor signe son troisième film (après le huis-clos de Margin Call, il a filmé Robert Redford isolé en mer dans All is Lost) étrange et spectaculaire, qui s’appuie sur le classicisme pour mieux le réinventer à chaque instant, par les variations et l’audace. J.C Chandor nous présente ici un thriller digne des Soprano et des films de James Gray avec en prime, une reconstitution des eighties, une réflexion sur le rêve américain et une Jessica Chastain des plus remarquables. Du grand art.

SYNOPSIS

Hiver 1981 à New York. Meurtres, cambriolages, la violence au sein de la grosse pomme n’a jamais été aussi importante. Abel Morales (Oscar Isaac, en héritier d’Al Pacino) est un immigré mexicain ambitieux qui croit au rêve américain. Il tente de garder les mains propres dans le milieu corrompu du pétrole new yorkais. Alors que ses camions sont régulièrement la cible de très violentes attaques, il va tenter de conserver son business avec l’aide d’Anna (Jessica Chastain, lookée en Armani vintage), sa femme, et fille d’un truand de Brooklyn. Alors qu’il s’engage dans une guerre dont l’issue reste improbable, il engage sa sécurité et celle de sa famille. Problème, la police commence également à s’intéresser à lui…

Certes, s’il nous faut un peu de temps pour se laisser happer par cette intrigue, on est immédiatement ébloui par le style visuel et la profondeur de la mise en scène de J.C Chandor qui donne des allures de Far West au New York du début des années 80. L’on remarque aussi que plus le film avance, plus on découvre la complexité de ses personnages, dont les rapports de force ne cessent d’évoluer. Et à ce titre, l’interprétation d’Oscar Isaac et de Jessica Chastain sont tout simplement superbes et donnent du caractère au film.

A Most Violent Year

A Most Violent Year est un véritable conte qui parle de l’Amérique des années 80

La mise en scène est sobre, les décors travaillés, les plans composés, le tout est un peu lent mais on s’y accroche dans un éclairage doré et poisseux avec lequel on contemple la beauté de New York. C’est un film passionnant qui nous immerge, doucement mais férocement, dans un lieu et une époque avec une atmosphère faite de coups minimes mais évocateurs. A Most Violent Year est un conte qui parle de l’Amérique, précisément celle du début des années 80, les années fric, au fil duquel le réalisateur de Margin Call poursuit son obsession du capitalisme sauvage, de l’argent et de la manière dont il salit tout. Des plans serrés accompagnés de travellings courts, Chandor s’amuse à en faire un véritable exercice de style avec style. Des scènes qui nous plonge dans un moment quasi expressionniste, digne du grand Fritz Lang.

Le petit plus de ce film est le look des acteurs. En effet, le couturier Giorgio Armani habille Jessica Chastain dans ses robes fourreaux de jour, ses vestes incrustées de perles, ses ensembles chemisier-pantalon fluides et aussi un admirable trench blanc ultra-élégant qu’on lui jalouse. Mais sachez que la love story de Giorgio Armani avec le cinéma ne date pas d’hier. D’autant plus, que l’année 1980 a marqué un tournant pour Armani. Ayant débuté avec Richard Gere et son vestiaire d’American Gigolo, il a joué les costumiers dans beaucoup d’autres films. Armani, en collaboration avec la créatrice de costumes Kasia Walicka-Maimone, a conçu une gamme de quatre-vingt modèles inspirés et personnalisés pour Jessica Chastain. On craque notamment pour un manteau blanc enveloppe de tranchée serrée à la taille par une ceinture assortie d’une robe graphique et chic. Pour le soir, on mise sur une robe bustier jumelé avec une veste de perles incrustées.
Dans A Most Violent Year, Chastain arbore le minimalisme qui à l’époque était un nouveau concept choquant. Le costume de puissance commençait à peine à trouver sa place dans les armoires des femmes les plus confiantes. Jessica Chastain est une femme de caractère qui porte la collection de vêtements parfaitement avec élégance, avec une grande facilité et nonchalante. Fidèle à la marque, l’actrice a déjà porté les robes du concepteur sur plusieurs tapis rouges, y compris à la dernière cérémonie des Oscars. Les vêtements de Giorgio Armani allient sens du style, classe et puissance, qui sont tous les traits du personnage de Jessica Chastain dans le film de J.C Chandor. Un dressing qui sied parfaitement à la rousse piquante.

A Most Violent Year est un film d’une noirceur et d’une densité redoutable où J.C Chandor signe l’allégorie magistrale d’un rêve américain devenu cauchemar et réussi à créer un lien affectif durable, puissant avec nous spectateur dans un monde corrompu.

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
CINÉMA – Les sorties tant attendues du mois L'hiver approche, c'est le moment de se faufiler en salles obscures et de se mater un bon film. Ce mois-ci de bonnes surprises sont à l'affiche
CINÉMA – The Revenant, notre avis… Spoiler : à la fin, DiCaprio décroche (enfin !) un Oscar avec ce film.

No Comments

Leave a Reply

Lire les articles précédents :
We Love Sound – le Top 10 de fin d’année

Une nouvelle année s'achève : 2014 c'est fini, terminé, plié. Comme tous les ans, on voit émerger un peu partout sur le net et dans la presse, des classements en tout genre sur ce qu'il...