Événements Nancy Report

REPORT – Hands Up à L’Autre Canal, une soirée de rencontres !

DSC_1629 copie

Hands Up à L’Autre Canal, une soirée de rencontres !

Dès l’arrivée dans ce lieu incontournable de Nancy, toujours vêtu de son rouge enflammé, je fais la rencontre de toute l’équipe présente ce soir-là. Première rencontre : celle de Greg, aussi connu sous le nom de Toxic. C’est à lui que l’on doit la soirée qu’il a monté avec Kontakt Prod. Greg nous décrit le concept des soirées Hands Up. L’idée est simple, mais prend toute sa puissance dès que l’on entre dans L’Autre Canal. Toxic a voulu proposer quelque-chose de nouveau et de plus groovy que jamais, sans pour autant oublier le côté club, avec de la house et de la tech-house. Il le dit lui même :

« Être dans mes deux chaussures. Une dans la techno et l’autre dans la house. »

Pour lui, la scène Nancéienne n’est pas assez représentée alors qu’il y a un « gros panier de talents ». Greg mélange musique et graffitis depuis la fin des années 90 déjà. Après le Terminal Export, le Totem et la Péniche, il investit maintenant L’Autre Canal. Il veut tout simplement faire bouger “SA” ville.

Nous sommes ensuite rejoints par Alex, le cousin de Greg, que nous vous avions déjà présenté. Plus connu sous le nom de Hyperactivity, c’est un autodidacte inspiré de la rue et du graffiti depuis 20 ans maintenant. Récemment, il est reparti à l’essence même du graffiti traditionnel en jouant sur des typographies originales, inspirées de son parcours dans le milieu. Les formes et les couleurs lui permettent de s’éclater et de repousser ses limites. On le retrouvera prochainement lors d’un festival qui aura lieu en juin sur Nancy. Mais d’ici là, on vous en reparlera.

Viens ensuite le tour d’un grand barbu, avec une casquette-beret, tout souriant, qui se présente à moi. Seby, comme il le dit lui-même : un vieux de la scène nancéienne. En tant que deejay, mais aussi de « teuffeur », il se nomme plus passeur de disques, à faire découvrir ses horizons musicaux et se faire plaisir à tout prix. Une formation musicale de base, comme le piano et le solfège, ont fait de lui une bonne oreille. Jouant à l’époque dans les Free Party, avec le temps il joue plutôt soft et calme, inspiré par Iggy Pop, Laurent Garnier, Kraftwerk, Jeff Mills, ou des artistes plus contemporains. Il aime la musique dans sa globalité, et peut s’exprimer en partie grâce à Greg, dit Toxic. Un de ses coups de coeur de ces derniers temps est l’homme de l’ombre, le maitre de la dark-techno : Gesaffelstein.

Viens ensuite le tour de la tête d’affiche de cette soirée : Ark. Parisien et musicien autodidacte, il a commencé dans les années 93-94, avec des groupes comme le duo Trankilou avec un album du nom de “St Glin-Glin” sorti chez BPM Records, à Paris ; et un duo avec Mr.Oizo du nom de Dépérissement Progressif. Fils d’un père travaillant chez Hara Kiri, il s’en est servi pour les pochettes de ses EPs.

Une personne qui vit son set à fond. À l’époque il jouait des lives avec une guitare sur des sons électroniques. La coordination n’était pas évidente quelque peu risquée, car composer en direct ses morceaux n’est jamais facile. Il est sécu de la nouvelle scène et préfère la prestance sur scène que le fait de rester stoïque. Appelé par Boiler Room, il en garde un bon souvenir et serait bien tenté d’en refaire une prochainement ; c’est une bonne approche de la nouvelle génération.

Seule fille de ce line up : Marie Prieux. Avec une ambiance à son apogée, très joyeuse et festive, elle a su donner le ton d’entrée de jeu, avec une house très dansante. Cette touche de féminité avec petit un grain de folie a su captiver le public. Comme je l’ai entendu dans la salle : « on dirait une gosse à Disneyland » ; elle s’éclate derrière les platines ! Viens ensuite le tour de Toxic, qui a su rester dans la continuité du mouvement lancé par Marie, avec des sons connus de tous, comme le titre Positif de Mr Oizo, ou le fameux Da Funk des Daft Punk ; en y ajoutant une touche Hip-Hop à la Run Dmc.

Pendant ce temps, Alex a peint une magnifique fresque durant son set, et Ark a foutu littéralement le bordel. Un mec assez fou, qui a mélangé funk, house, et techno comme bon lui semble. Un mec hyperactif, comme il l’a si bien décrit, qui a fini torse-nu sur scène. Une belle soirée qui a un bel avenir. Ce n’était que la première, mais on a déjà hâte d’être à la prochaine. Un grand merci à toute l’organisation !

Articles similaires

LIFESTYLE – Cambusier, la liqueur 100% française ! Lancé le 12 avril dernier par trois nancéiens, le projet Cambusier est né d'une certaine envie de redonner goût aux gens de consommer de la liqueur locale
CONCOURS – 4×1 place à gagner pour Charlotte de Witte à LNVRS 4 places à gagner pour aller voir l'artiste belge de 24 ans Charlotte de Witte lors de sa venue à à Nancy, à LNVRS, le 5 mai !
NANCY – Wezy : le nouveau concept de coiffeur à domicile ou au bureau à Nancy Wezy c'est une startup nouvellement créée à Nancy, qui se spécialise dans la coiffure à domicile, ou au bureau, à petit prix
INTERVIEW #36 – Roméo Elvis au Chill Up Festival À l'occasion de la 5ème et dernière édition du Chill Up Festival, nous avons interviewé le belge Roméo Elvis... une rencontre riche et intéressante !
CONCOURS – 2×1 place pour assister au concert de Laura Cahen à la Salle Poirel Après avoir publié deux EP et donné plus de 150 concerts, Laura Cahen débarque à Nancy à l'occasion de son nouvel album intitulé "Nord"
Lire les articles précédents :
EVENT – WLN #1 : la rédaction vous invite à faire la fête

Le 17 Avril, la rédaction de We Love Nancy s'installe à La Machine à Vapeur pour faire la fête et vous rencontrer.