Cinéma

CINÉMA – La Loi du Marché

553a0e85b8062

Vincent Lindon, sacré meilleur acteur au festival de Cannes 2015, mène la barque dans le film La Loi du Marché, film humaniste aux allures de documentaire, salué par la critique et qui connaît maintenant une envolée en terme d’entrées, effet « Palme d’Or » oblige. Thierry (joué par Vincent Lindon), 51 ans, mari et père d’un fils handicapé, essaye de s’en sortir après un licenciement. Le visage fatigué, les traits tirés, las et battu par la vie, Thierry n’est pas un héros, c’est un rescapé du quotidien qui survit entre ses formations Pôle Emploi et ses entretiens d’embauche sur Skype. Au bout de plusieurs mois de galère, il trouve un emploi d’agent de sécurité en hypermarché, emploi qui va le mettre face à sa propre morale : peut-on tout accepter pour s’en sortir ?

Le film de Stéphane Brisé dépeint la réalité brute d’une société française où chômage et précarité sont des rouleaux compresseurs qui écrasent les citoyens lambda et les coincent entre difficulté économique et épreuves psychologiques. Pendant 1h30, les plans sont serrés et l’ambiance tendue, on ne regarde plus un film mais une tranche de vie qui touche des millions de français, un quotidien difficile qui pousse des hommes et femmes à travailler en dessous de leurs compétences, à dénoncer leurs collègues et à faire des emprunts sur 20 ans à la banque pour des petites dépenses vitales. Un quotidien qui fatigue, dégoute et use ; un quotidien fait de rendez-vous Pôle Emploi, de formations obligatoires, d’économies de bout de chandelle ; un quotidien qui oblige des personnes à être appréciées en dessous de leur juste valeur.

Ce qu’on peut dire sur La Loi du Marché c’est qu’on se plaît à suivre et comprendre les sentiments d’un français à bout de souffle : on sent la tension quand elle est dépeinte, on s’ennuie quand les scènes traînent volontairement en longueur, on s’émeut quand la vie fait plier et supplier notre acteur du quotidien. En franchissant les portes de son cinéma, on ne doit pas s’attendre à une fiction, une histoire exceptionnelle… La Loi du Marché est un film plat, amer, grisâtre et monotone, mené par un Vincent Lindon honnête et émouvant comme il l’a su l’être lors de son discours à Cannes. C’est un film de société qui use et fatigue jusqu’à n’en plus pouvoir, où, finalement, tout spectateur peut s’identifier comme victime innocente d’une impitoyable loi du marché…

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
CINÉMA – Les sorties tant attendues du mois L'hiver approche, c'est le moment de se faufiler en salles obscures et de se mater un bon film. Ce mois-ci de bonnes surprises sont à l'affiche
CINÉMA – The Revenant, notre avis… Spoiler : à la fin, DiCaprio décroche (enfin !) un Oscar avec ce film.
Lire les articles précédents :
EVENT – La Color Run c’est demain !

Derniers préparatifs avant de repeindre la ville !