Cinéma

CINEMA – Ne pas confondre pornographie et érotisme !

Gaspar Noé - Love Film

Ne pas confondre pornographie et érotisme, Gaspar Noé l’a bien compris avec son tout nouveau film “Love”

Gaspar Noé a été à l’origine de quelques films que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Il revient de plus belle, après un premier extrait sulfureux diffusé cette année pendant le Festival de Cannes, puis place maintenant à la bande annonce officielle et très chaude de son tout dernier long-métrage intitulé Love. Pour sa première projection, au Festival de Cannes, le film suscita, comme nous l’avions imaginé, une vague de réactions contradictoires, entre rejets, éloges extatiques et commentaires indignés. Une chose est sûre : Love ne laissera personne indifférent.

Gaspar Noé - LOVE Film

Avec son nouveau film, comportant des scènes de sexe sublimes, explicites et crues, Gaspar Noé essaie de réconcilier l’eau de rose et le porno dans un mélo-sentimental, érotique et passionnel, en 3D qui contient deux heures de scènes de sexe non simulées. Un torrent de larmes et de sperme qui signifie qu’on ne se remet pas d’avoir perdu l’amour de sa vie. Car le film paraît être une réussite surtout dans la mise en scène de la jouissance. Avec une frontalité inouïe (fellation, pénétration, ou encore partouze, où rien n’est simulé), Gaspar Noé invente une nouvelle forme de représentation du sexe au cinéma, entre la force réaliste de Larry Clarck, le naturalisme d’Abdellatif Kechiche et l’art expérimental.

Gaspar Noé avait promis qu’il voulait “faire bander les mecs et pleurer les filles” ; alors à chacun de se faire sa propre opinion. Mais Gaspar Noé est avant tout un cinéaste de sensation, de pure mise en scène, qui donne une importance primordiale au mixage sonore qui enveloppe les corps. Et plus précisément ceux des comédiens, mais aussi ceux des spectateurs. Love n’est finalement pas un film sur l’amour mais sur la déception amoureuse, d’une erreur, bouleversante et inattendue. C’est un long trip visuel, psyché et magnétique. Le réalisateur signe alors un grand geste esthétique et un shoot d’érotisme fulgurant sans tomber dans la pornographie excessive. Un film interdit au moins de 16 ans selon la commission de classification, en salles à partir du 15 Juillet.

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
CINÉMA – Les sorties tant attendues du mois L'hiver approche, c'est le moment de se faufiler en salles obscures et de se mater un bon film. Ce mois-ci de bonnes surprises sont à l'affiche
CINÉMA – The Revenant, notre avis… Spoiler : à la fin, DiCaprio décroche (enfin !) un Oscar avec ce film.
Lire les articles précédents :
CONCOURS – 4 places pour aller voir Melting Sound & LDEP Records à L’Ostra Club !

Samedi 11 Juin à L’Ostra Club, les gars de Melting Sound, association crée en 2007 par Imecka, invitent un jeune collectif en pleine expansion les LDEP Records. On a eu la chance de les rencontrer,...