Événements Interviews Musiques Nancy

Interview #27 – Rencontre avec United Note à L’Envers Club

united note

Quand on pose des musiques qui sortent un peu de l’ordinaire, on a toujours une petite appréhension de savoir si les gens vont aimer, comment ils vont réagir. — Charon (United Note)

Nancy s’ouvre doucement, à sa façon, portée par une jeunesse avide de changement. Connecté, looké, et bien décidé à vous faire danser, le collectif nancéien United Note a tout pour s’imposer. Un coup de griffe, mais doux. C’est l’impression que laissent les jeunes membres, Téo, Michael, Arthur et Aristian, de ce collectif fraîchement créé sur Nancy.

United Note capture leur énergie pour la faire ressortir dans leurs sets. Autant de qualités qui donnent au collectif tout son charme. C’est à l’Envers Club que nous les avons retrouvés pour une interview d’une spontanéité rafraîchissante.

Fermez les yeux, respirez à fond, vous voilà dans leur univers…

Salut les gars, une présentation s’impose, qui êtes-vous donc ?

Michael Massin, alias Charon, on a formé ce collectif tous les quatre, et je suis plus dans le style musique tech house.

Moi c’est Arthur Bertoni, Arthur B, je suis plus orienté vers de la techno assez lourde et l’acid aussi.

Alors moi c’est Téo Gautier, alias Todsny. Je n’ai pas vraiment de style en particulier, mais je suis très deep même si je peux varier techno et autre.

Aristian, dit Van Der McFly, style funk, disco, house, voilà.

Comment pourriez-vous définir United Note ?

Michael: Alors déjà, c’est une association d’amateurs de musique électronique en tous genre plutôt centrée underground. On peut ajouter un amour fou pour la musique et le partage pour définir pleinement United Note.

Téo: C’est aussi l’envie d’apporter quelque chose de nouveau, de nouvelles sonorités sur Nancy parce qu’au final on n’a pas vraiment eu encore l’occasion d’en entendre ici et qu’on aimerait un peu importer en ville.

Michael: En fait, il y a une espèce de retour de la musique électronique en France et dans le monde mais à Nancy on n’en voit pas forcément l’émergence donc on essaie de mettre un peu de nous dans tout ça.

Téo: Il y a en effet un début, mais le problème est qu’il est encore trop large et on essaie de pousser sur des styles plus pointus.

Arthur: Au final ce qui se fait à Nancy, peu importe le label ou le collectif, c’est un peu toujours la même chose. C’est à dire que peu importe les artistes, on aura un peu la même soupe de servie à chaque sets et ça manque de renouvellement.

D’ailleurs c’est un nom assez intéressant United Note, d’où vous est venu l’idée ?

Arthur: C’est de Téo l’idée ! À la base, on voulait s’appeler Underground Quality, mais c’était déjà pris. On a donc gardé “underground” en tête pour trouver un nom. Mais, au final, on s’est tourné vers le thème de l’unité avec “united”.

Téo: Oui, on a voulu surtout accentuer sur notre amour pour la musique. Peu importe nos styles respectifs, c’est  ce qui nous réunit. Pour donner un exemple, au départ Aristian était dans quelque chose de plus mainstream entre guillemets. On s’est dit qu’on formait cette unité et on a décidé d’utiliser le symbole de la note de musique qui nous rapproche pour, finalement, donner United Note.

Arthur: C’est magnifique ce que tu dis Téo, j’en ai des frissons.

Et comment vous êtes-vous rencontrés ?

Arthur: Alors, bonne question. On s’est rencontrés en soirée techno, dans des soirées un peu bizarres d’ailleurs.

Téo: On connaissait tous Aristian de l’Envers Club et, pour le reste, on s’est rencontrés à une soirée sur Paris avec des amis pendant les vacances. C’était The Martinez Brothers au Showcase que l’on s’est tous rencontrés, cette énergie en commun que l’on avait nous a rapproché. Depuis on s’est revus plusieurs fois jusqu’au jour où on a décidé de créer notre collectif.

Michael: Les soirées de Nancy et Paris nous ont vraiment rapprochés. À Paris, les gens sont plus centrés sur la qualité de la musique et c’est ce qu’on aime, c’est un point important de notre rapprochement.

Donc depuis combien de temps existez-vous en tant que collectif ?

Arthur: Ça va faire deux mois que l’on existe. C’est tout frais et pour l’instant c’est plutôt pas mal.

Téo: Oui clairement on s’en sort bien.

Musicalement parlant, vos influences c’est quoi ?

Arthur: Jamie Jones

Téo: Villalobos, ou encore Troxler ouais (Seth Troxler ndlr).

Aristian: MCDE aussi. Enfin, on écoute un peu de tout. Ça peut passer d’un Jeff Mills à un Jamie Jones à un Traxman ou encore Traumer et Kraviz, on est assez ouvert.

Michael: Du moment que c’est samplé et assez innovant. On définit plus nos influences sur des labels que sur des artistes en particulier.

Vos indispensable pour mixer ?

Arthur: On a le droit de réfléchir un peu là ?

Téo: Une clé USB déjà.

Arthur: Un gros joint ? Non je déconne, je dirais un son acid très lourd. An Acid Memory de Dearborn pour te donner un exemple. Même s’il est assez connu en ce moment c’est vraiment lui qui m’a porté sur l’acid en fait.

Michael: Alors pour moi les indispensables c’est déjà des gens qui en veulent c’est important et puis un soundsystem qui arrive à encaisser ce que l’on peut envoyer.

Téo: Oh oui c’est pas facile à trouver.

Arthur: Ah oui parce que j’en suis à mon quatrième haut-parleur au OF (Old Fashioned Nancy ndlr), c’est chaud.

Sinon, un rituel avant de jouer ?

Arthur: Je dirais une bonne petite prise de têtes sur la conversation facebook.

Michael: Oui sur les horaires de passages, qui passe avant qui, à quelle heure, ça crée toujours quelques petites tensions.

Arthur: Après t’as plus personne qui parle pendant une semaine, mais c’est pas grave.

Une anecdote à nous faire partager depuis vos débuts ?

Michael: J’ai le bon souvenir d’une petite salle mais bien remplie, avec du son pas vraiment propre. Les gens en voulaient, bougeaient, c’était top.

Téo: Oui, c’était une énergie qu’on n’avait pas l’habitude d’avoir et l’ambiance était là.

Michael: T’avais vraiment une ambiance dans la salle, les gens dansaient à fond, c’était intense.

Arthur: ça fait longtemps que je mixe et j’avais jamais ressenti ça auparavant. T’avais vraiment un échange entre le public et l’artiste c’était bien cool. Sinon, une anecdote sympa que j’ai eu tout à l’heure c’était une nana qui me demandait si il y allait avoir de la techno ce soir, ça m’a bien fait rire.

Que faîtes-vous cet été ? Des projets, des dates en vue ?

Téo: Déjà, on va essayer d’écouter un maximum de sons. Ces derniers temps, on sort pas mal. On est à souvent à Paris depuis un mois. On va faire pas mal de festivals aussi.

Arthur: Et puis, on va faire le Sonus festival, oh oui !

Aristian: Sinon pour les prochaines dates, on vous tiendra au courant très prochainement. On est en négociation avec plusieurs clubs, surtout dans l’Est. Si tout fonctionne ça devrait bien se passer. En tout cas, grâce à leur résidence au OF, les gars ont leur chance l’année prochaine pour des solos un vendredi ou un samedi et une résidence à la rentrée de nouveau au OF. Ils ont vraiment adoré notre travail, ils nous ont fait confiance et c’est le principal.

Vous mixez à l’Envers Club ce soir, que ressentez-vous ?

Arthur: Alors moi je suis fin bien. C’est notre premier en club en tant que collectif donc il y a de quoi être heureux.

Téo: Après chacun a de l’expérience. Aristian a pas mal à joué sur Nancy. Arthur, lui, a pas mal mixé dans des bars, et Charon c’est sa première expérience club. Et, j’ai gagné un concours organisé par Manu Chaman et j’ai mixé aussi avant Canblaster et Panteros666.

Michael: On est excités parce qu’on a hâte de poser notre son et de voir ce que ça va donner. Le trac est là aussi, d’ailleurs je vais aller me chercher une bonne bière. Quand on pose des musiques qui sortent un peu de l’ordinaire on a toujours une petite appréhension de savoir si les gens vont aimer et comment ils vont réagir.

Téo: Ça passe ou ça casse clairement.

Et où on peut vous trouver quand on sort ?

Michael: Nos adresses sur Nancy c’est plutôt l’Ostra, l’Envers, le OF, les coins comme ça. En ce moment, on est pas mal sur Paris dans des lieux comme la CocoBeach, le Rex, le Peacock et la Concrete beaucoup.

Et mixer en dehors de Nancy, ça vous intéresserez ?

Arthur: Ah mais carrément !

Des exemples ?

Téo: Strasbourg.

Michael: La Cocobeach à Paris. Je suis assez favorable aux soirées qui se passent en après midi pour profiter du soleil et d’une ambiance différente. S’il y avait des choses comme ça qui se passaient sur Nancy ça pourrez être intéressant.

Arthur: On a voulu justement faire un truc comme ça à la Pépinière, en plein après midi. Début vers 14h pour terminer vers 19h.

Téo: Mec, ne passe pas de l’acid en après-midi à côté du terrain de jeux des enfants quand même…

Arthur: Mais non, ça serait quelque chose de beaucoup plus calme, plus posé.

Aristian: Pour te répondre, oui, on a des projets pleins la tête. Restez connectés sur notre page facebook, on vous tiendra au courant dès que possible.

Juste pour le plaisir, quelle est votre dernière claque musicale que vous ayez pris ?

Arthur: C’est Troxler au Peacock. C’était une claque monumentale et Téo sera d’accord avec ça.

Téo: Oh oui. Mais n’hésitez pas à suivre aussi les sorties de Kompakt, il y a le p’tit track de Clarion qui va sortir, ça va être du lourd.

Michael: Pour moi c’est Kevin Knapp – The Heft sur Hot Creation, il faut l’écouter ça vient de sortir, c’est top.

Arthur: Un track coup de cœur sinon qui m’a bien retourné c’est Tomas Andersson – Copy Cat. D’ailleurs, je le passe ce soir.

Aristian: Moi c’est l’EP d’Un Deux qui est sorti aujourd’hui chez Tealer Records, disponible sur soundcloud où il fait de la bonne deephouse, un classique 90’s. T’écoute ça, tu te prends une claque.

Passons maintenant à des questions d’un autre genre, pas d’inquiétude. Votre alcool préféré ?

Téo: Pastis

Arthur: Vodka, pure.

Michael: Cognac

Aristian: Un bon rosé pamplemousse (rires)

Votre drogue estivale (et légale) ?

Téo: De la musique

Arthur/Aristian: On va dire la même chose oui.

Michael: L’Amour.

Les garçons: Ohhhhhhhhhhhhh (applaudissements)

Allez une dernière pour terminer. Un endroit où manger sur Nancy à nous conseiller ?

Arthur: Home Sweet Home j’aime beaucoup.

Aristian: Le Voyou.

Téo: Je reste partagé, mais on est très burgers du coup.

Arthur: La sauce du Home, un véritable délice.

On vous remercie les gars, passez une bonne soirée.

Les garçons: Comme dirait Richard, allez la Puff !


united-note-logo

Facebook // Van Der Mcfly // Todsny // Charon

Articles similaires

CONCOURS – 2×1 place à gagner pour le Closing de L’Ostra avec Zadig Pour ce closing de la saison de L'Ostra Club, un très grand artiste sera de retour au club : Zadig. Pour l'occasion, on te fais gagner 2 places
CONCOURS – 4 places à gagner pour Crème Gentilly à la Piscine Gentilly & Apologia à LNVRS Ce vendredi 30 juin, nous vous proposons de gagner 4 places pour les évènements Crème Gentilly à la Piscine Gentilly et Apologia à l'Envers Club
CONCOURS – 1×2 places à gagner pour Les Plaisirs de la Découverte du Ballet de Lorraine Nous organisons un concours pour vous permettre de gagner 2 places pour aller voir l'évènement Les Plaisirs de la Découverte du Ballet de Lorraine
CONCOURS – Dour Festival : 2 Packs de goodies à gagner Le célèbre Dour Festival revient une année de plus, pour votre plus grand bonheur. À cette occasion, on vous fait gagner 2 pack de jolis goodies
Lire les articles précédents :
CINÉMA – Pixels, 1h46 entre hype et ennui

Attention spoilers et méchanceté gratuite.