Musiques Report

REPORT – Caravan Palace : plus qu’un concert, « un spectacle »

Ça swingue, ça danse… Leur dernier album The Icon est dans les bacs depuis octobre 2015. Le groupe français Caravan Palace a fêté son grand retour sur la scène de l’Autre Canal le 13 février dernier. Au programme : un joli méli-mélo de danses et de chants en tous genres avec une énergie à revendre !

Un peu de chant, un peu de danse, quelques instruments et beaucoup de générosité… C’est ça la clef d’un concert réussi ! Le groupe d’electroswing Caravan Palace a fêté dignement son grand retour sur la scène de l’Autre Canal. Une occasion pour Mathilde, étudiante à Mulhouse venue à Nancy, qui aime découvrir de nouveaux artistes : « Je ne les connaissais pas avant, mais j’ai eu l’opportunité d’aller les voir. » Et la jeune femme n’a pas été déçue : « Je n’ai pas beaucoup d’expérience en matière de concert, mais ils dégageaient une telle énergie qu’on se serait plutôt cru à un spectacle ! »


Il est 20h samedi soir. Les premiers fans arrivent tranquillement à l’Autre Canal. La salle n’est pas complètement remplie mais les personnes présentes attendent impatiemment de pouvoir bouger tous les membres de leur corps sur les trois albums : Caravan Palace, Panic et <I°_°I>. « Le public était varié, autant de jeunes que de gens plus âgés » remarque Axel, un étudiant de Nancy au premier rang. 20h30, c’est le groupe Vendredi aux intonations électro qui ouvre le bal. Un « petit aperçu » de ce qui attend les spectateurs par la suite. Puis, après une demi-heure d’attente : extinction des lumières. Zoé Colotis fait une entrée en fanfare dans un feu d’artifice de notes et de lumières : jupe à paillettes de rigueur !

« Est-ce que vous êtes là Nancy ce soir ? » Evidemment ! De Suzy, la chanson qui a fait connaître le groupe en 2008 à plus récemment Lone Digger, le groupe réussit un coup de maître : transporter le public hors du temps. « Ce que j’aime bien chez eux, c’est leur façon d’allier le jazz ancien à de l’électro moderne » avoue Axel. De la petite robe noire « Charleston des années 20 » au gilet à capuche et grosses baskets, Zoé Colotis change de personnage comme de tenues en fonction de chaque chanson. Mais elle ne se contente pas seulement d’être chanteuse. Entre battles d’improvisation avec le saxophoniste et danses de couple, le concert prend des allures de spectacle de rue auquel le public y participe en dansant à son tour. Lumière, son et mise en scène… Une belle démonstration visuelle et musicale digne de l’Autre Canal : « On ne savait plus où regarder car les musiciens jouaient de plusieurs instruments et passaient de l’un à l’autre sans transition » raconte Axel qui a eu un coup de cœur pour le bassiste. Suite à toute cette effervescence, les membres du groupe ont dit au revoir à leur public sur la chanson « Star Scat » après un peu plus d’une heure de concert.

« Une bonne humeur communicative »

Verdict à la fin : un moment préféré en particulier ? « Lorsque le violoniste faisait son solo pendant la chanson Suzy » répond Axel sans hésitation. Mais c’est surtout pour une raison sentimentale : « J’avais utilisé cette chanson pour le final d’un de mes spectacles de cirque quand j’étais plus petit et ça m’a rappelé des souvenirs au point d’être ému. » Mathilde, quant à elle, n’arrive pas à se décider. Peut-être parce qu’elle a découvert les chansons tout le long de la soirée. « Je ne me souviens plus, je crois que c’était quand tout le monde s’est vraiment mis à danser » répond-t-elle évasivement. « Mais j’ai passé un super moment de manière générale. Les musiques étaient entraînantes et leur bonne humeur communicative ! » A peine les deux étudiants se sont remis du concert qu’ils attendent avec impatience de revoir à nouveau Caravan Palace sur scène.

M.C. Méoni