Cinéma Nancy Portraits Vidéos

PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur…

Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… lumière sur un artiste nancéien pas comme les autres !

Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout. On l’a retrouvé sur plusieurs projets, sous plusieurs casquettes, là où on ne l’attendait pas forcément. Il nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine. Rencontre avec un homme multitâches dont on a pas fini d’entendre parler…

Tout d’abord, on va te demander une petite présentation, pour ceux qui ne te connaissent pas.

Rémi Verdel, jeune cinéaste, réalisateur de courts-métrages de fiction et de clips, originaire de Nancy. Je suis aussi beatmaker et producteur de musique dans mon temps libre sous le nom de Mire.. J’ai commencé à m’intéresser à la mise en scène à mes 12 ans, lorsque que je réalise mon premier court-métrage. Puis j’ai continué dans cette voie au Lycée Poincaré de Nancy, en option cinéma audiovisuel, où j’ai énormément appris. Etant du genre autonome et autodidacte, j’apprends en grande partie tout seul, à travers les différentes ressources que l’on peut trouver sur le net. Certains de mes projets ont à quelques reprises été sélectionnés dans des festivals en France et à New York. J’ai quitté Nancy en 2014, pour m’installer en Faculté de Cinéma à Paris.

Est-ce que tu pourrais nous présenter ton parcours de réalisateur de clips ?

J’ai tout d’abord commencé avec le tout premier clip du rappeur Lord Esperanza – qui s’appelle “Destinée” – puis par le titre éponyme “Hors de Portée” tout deux extraits de son EP Hors de Portée sorti en 2015. Ensuite, j’ai enchaîné avec le clip de son morceau “Enfant du siècle Part. 1” sorti en 2016. J’ai aussi réalisé le clip du morceau “Pour la drogue” du rappeur Nerton, et plus récemment celui du titre “ONO” du High Five Crew.

Et pour ce qui est de ton travail en tant que monteur ?

J’ai monté le clip du morceau “23 Carats Hors Série” toujours de Lord Esperanza, puis le clip du titre “Etna” de Lord & Lux que j’ai aussi réalisé. C’est celui qui m’a demandé la plus grande masse de travail, avec pas moins de 3 semaines de travail en réalisation, effets et montage. Il y a également les clips des titres “Berline”, “TrapHouse” que j’ai monté et réalisé, et “Enfant du siècle Part.2” que j’ai monté. Mais aussi le clip du titre “P.R.P/Untitled” du groupe Palass et le clip du titre “Killcam” de Django, Eden Dillinger et Lord Esperanza.

C’est lequel qui t’as pris le plus de temps à faire ?

Parmi tous ces clips, en terme de montage, le plus long ça a bien été “Etna”. Il y avait presque un effet par plan pour le coup, et le son étant très dynamique, mais aussi très rempli, il fallait envoyer tout ça à l’image. Le plus long c’était même pas les effets en eux-même, mais plus trouver l’inspiration des effets pour ne pas trop se répéter à la longue. Sinon de base je suis très rapide, la majorité des clips que j’ai monté m’ont pris entre 1 à 3 jours de travail.

Par contre, le clip du titre “Hors de Portée” a été tourné et monté en moins de 24h. On s’est rendus sur le lieu de tournage en début d’après-midi, on a trouvé une idée sur place puis le clip était fini à 6 heures du matin le lendemain. Sinon, en terme de longueur de tournage, c’est le clip du morceau “Drapeau Noir” qui devrait normalement nous prendre entre 3 ou 4 jours de tournage en tout, on veut vraiment faire les choses bien.

Comment tu qualifierais ton travail au final ?

À la base, je me qualifierais plutôt de réalisateur de fiction, mais je fais aussi des clips car j’aime beaucoup le côté très instinctif. Il y a moins de prises de têtes que sur une fiction, où tu dois vraiment faire attention à la continuité, à la logique. Sur un clip tu es libre d’essayer de nouvelles choses, de nouveaux formats, de nouveaux effets visuels sur le tournage ou en montage.

Puis avec Lord on aime bien tenter de nouvelles choses et s’amuser. Sinon, comme je t’ai dit un peu plus tôt, je suis aussi beatmaker et producteur de musique électronique dans le délire un peu synth wave planant à côté de ça. Je fais aussi de la musique pour des films de temps en temps quand je peux aider.

Tu travailles beaucoup avec Lord Esperanza, t’étais déjà pote avec lui ou il t’a contacté pour faire des clips ?

On s’est rencontrés genre le premier ou deuxième jour de cours à la Fac. Ça a commencé par un taxage de clope dans les règles de l’art, on se demande tous les deux qu’est-ce qu’on fait là puis on va boire un coup, on parle de nos passions… Il me parle de son rap, je lui parle de mes réals’ et du coup on a la même idée en tête en même temps. Mais ce qui est assez drôle c’est qu’on s’est à peine croisés et à peine parlés pendant 5 à 6 mois… Après on s’est revus, et là on a fait le clip du titre “Destinée” qui est mon tout premier clip pour le coup, et on a eu deux ans par la suite pour devenir de vrais bons potes et de vrais collaborateurs.

En dehors de tes clips dans le rap, tu as d’autres projets également. Tu peux nous en parler ?

Là, récemment, j’ai travaillé sur des campagnes vidéo pour l’organisation d’un défilé et la promotion de plusieurs marques. Des campagnes faites par un très bon gars nommé Julien Coussoud, qui était l’ancien manager de OnlyNasa, l’ancien collectif de Lord. Pour le coup, les deux campagnes sont uniquement disponibles sur Facebook. Pour la petite histoire, j’ai aussi remixé moi-même la bande sonore de cette campagne sous le nom de Mire.. La deuxième édition est sortie récemment, encore une fois j’ai remixé la prod en collaboration avec un beatmaker talentueux du nom de Vannelninio.

(Cliquez ici pour voir la première campagne)

(Cliquez ici pour voir la deuxième campagne)

Sinon, en terme de court-métrage, j’ai réalisé “Network” en Terminale au Lycée Henri Poincaré. J’ai travaillé plus d’un an dessus, j’avais 16 ans à l’époque et c’était la première fois que je m’essayais à la science-fiction. Ça date un peu en terme de qualité, mais à l’époque il nous a quand même permis d’aller au All American High School Festival à New York pour le présenter, à la suite de quoi on a quand même eu deux nominations (“meilleurs effets spéciaux” et “meilleur film étranger”) parmi les 49 pays qui participaient cette année là…

Puis, plus récemment, j’ai co-réalisé le film de mon acolyte Virgile. Un court-métrage post-apocalyptique simple et sans dialogue sur lequel on cherchait à travailler les échelles et les angles différents afin que l’esthétique serve à la compréhension du récit muet. Et puis, cette année, je vais au Short Film Corner de Cannes pour accompagner deux films (“February 26th” de Ameno Boum Make et “Regarde Moi” de Scott Arous) réalisés par des membres de notre collectif sur lesquels j’ai travaillé en tant que chef opérateur, au montage et à la musique.

C’est quoi tes projets futurs, tout domaines confondus ?

Pour ce qui est de mes projets à venir, j’ai un EP solo qui devrait arriver d’ici le mois de Mai. Je suis aussi en train d’écrire le scénario d’un des clips de l’EP pour espérer réaliser ça au plus vite. Toute la bande démo, que j’ai réalisée à cette occasion, est issue de ce que j’ai filmé, fait en effets spéciaux ou monté jusqu’à aujourd’hui !

Dernière petite question, pour les curieux. Tu utilises quoi comme matériel ?

J’ai acheté a moitié prix une Blackmagic Pocket Cinéma Caméra qui filme en 1080p de très bonne qualité, en RAW, une plage dynamique bien élevée et une gestion des couleurs très poussée. Par contre pour les ralentis c’est pas l’idéal… J’ai aussi acheté un Ronin pour stabiliser les plans et j’avais à l’ancienne un glidecam. J’ai aussi un moniteur externe et c’est plus ou moins le principal !

Articles similaires

CONCOURS – 2 Places à gagner pour Gramatik, The Geek x VRV et M.A. Beat! au NJP Concours pour gagner 2 places pour la soirée au Chapiteau de la Pépinière du Mercredi 18 Octobre avec Gramatik, The Geek x VRV et M.A. Beat! au NJP
CONCOURS – 2 Places à gagner pour Vitalic, Rebeka Warrior, Comah, Madben & NIID au NJP Concours pour gagner 2 places pour la soirée de L'Autre Canal du Samedi 14 Octobre avec Vitalic, Rebeka Warrior, Comah, Madben & NIID au NJP
CONCOURS – 2 places à gagner pour Pablo Moses, Jahneration et Inna de Yard au NJP Concours pour gagner 2 places pour la soirée du Chapiteau du Vendredi 13 Octobre avec Pablo Moses, Jahneration et Inna de Yard au NJP
Lire les articles précédents :
ARTS – Nancy One : la formation photo rapide et conviviale

Nancy One propose des formations photographiques uniques et conviviales, à Nancy, mais également sur tout le Grand Est de la France