Non classé

Cabaret Vert 2017 : l’édition record !

Cabaret Vert 2017 : l’édition record !

L’équipe de We Love Nancy était de retour cette année à Charleville-Mézières pour cette nouvelle édition du Cabaret Vert. Toujours au fameux Square Bayard, c’est dans une ambiance conviviale et plus que festive que l’évènement s’est déroulé.

 Dès notre arrivée, nous constatons que le festival s’est encore amélioré par rapport à l’année dernière. Notamment pour satisfaire toutes les envies des festivaliers, et surtout au niveau des stands de nourriture ! L’organisation a fait le nécessaire pour faciliter le séjour des festivaliers et faire en sorte que tout le monde passe un bon moment.

..

Première journée

Nous avons tout d’abord été agréablement surpris par le premier groupe proposé : No Face. Ce groupe était composé de quatre personnes masquées (un peu à la Bloody Beetroots) et d’une chanteuse. Cette dernière a su montrer sa motivation et son envie de chanter sur la scène Zanzibar. Ce mélange pop/rock était idéal pour commencer les hostilités tranquillement. Nous vous conseillons vivement d’écouter ce qu’ils ont proposent en terme de musicalité.
 !

Une petite balade sur le campus nous a permis de recroiser quelques connaissances également présentes les années précédentes, de quoi faire un brin de causette et se remémorer des petits souvenirs avant le prochain concert.

 London Grammar. C’était la touche tendresse de cette première journée. Ce trio britannique nous a joué des classiques de leur première album, comme « The Middle » ou encore « Hey Now ».

La chanteuse, Hannah Reid, nous a charmé avec son sourire et sa voix divine et chaleureuse. Son petit style Nike Rosh Run / Bomber Birds of Paradise ajoutait une petite touche glamour…  Un moment assez cosmique pendant lequel le groupe nous a envoûté et transporté dans leur ambiance feutrée et douce, jouant notamment des titres de leur dernier album, comme « Oh woman, Oh men ».



Vient ensuite l’heure de se prendre une dose de son issue de l’âge d’or du Rap US avec le groupe californien Cypress Hill. Jouant inévitablement sur leurs classiques « Hits from the Bong » et « Insane in the brain »leurs sons aux sonorités old school et latino ont probablement rappelé pas mal de souvenirs aux amateurs du genre… Connectés avec le public, pour les faire participer entre deux chansons à coups de « fuck that side » et « everybody jump », leur concert fut une réussite. 

La grosse performance du soir est venue par la suite avec Cashmere Cat sur la scène des Illuminations. Un set explosif, avec beaucoup de technique et d’effets (echo/crush) sur la DJM, omniprésent entre chaque transitions. Il nous a propulsé dans son univers girly, kawai et futuriste en jouant des morceaux de son denier album « 9 » ; sur lequel il a collaboré avec Arianna Grande, Selena Gomez et The Weeknd. Son côté décalé a réussi à conquérir bon nombre de festivaliers qui ne le connaissaient pas. Amateur du troll, entre deux morceaux il a réussi à donner de l’amour et de la joie au public. Un beau moment.



Pour finir cette soirée sur de la musique électronique, Flume nous a proposé un live avec des titres comme « Never be like you », ou alors des titres de son duo What So Not avec le remix “Get Free” de Major Lazer. Coté esthétique et visuels, comme il y a 3 ans, il a joué sur des projections très colorées avec des formes géométriques animées. Très dynamique sur sa batterie électronique, et électrique sur scène, il a su clôturer sur une belle note cette première journée chaude et ensoleillée.

Deuxième journée



En ce deuxième jour, nous arrivons sur le site des concerts pour le groupe The Kills. Un concert progressif où la chanteuse Alison Mosshart et le guitariste Jamie Hince ont tous les deux débordé d’énergie. Idéal pour chauffer les premiers festivaliers. Jouant des titres cultes comme « Black Ballon » ce fut un réel plaisir d’entendre des morceaux qu’on écoutait (pour certains) durant notre adolescence.

.. Le public est ensuite arrivé en masse pour assister au concert de la chanteuse française en vogue : Jain. Pour l’avant-derniere date de sa tournée, la jeune chanteuse parisienne était assez émotive.

Jouant des morceaux de son premier album comme l’incontournable « Maceba », elle a ensuite rendu un hommage aux victimes des attentats du 13 Novembre 2015 avec sa chanson « Paris », puis elle a réussi à faire virevolter le public à l’aide de sa MPC et ses kicks transcendants. Active entre chaque morceau, elle a présenté ses compositions et avoué qu’elle était inspirée sur scène, comme Stromae pouvait l’être durant ses concerts. Seul petit bémol, un mauvais réglage de son micro, où sa voix n’était pas assez projetée sur les (enceintes/linaré) ; tout comme c’était le cas pour Denzel Curry un peu plus tard dans la soirée.

Par la suite, pour tout les fans de métal, Korn a proposé un best-of de leurs morceaux, une scénographie hallucinante et des lumières à en aveugler plus d’un. 

Du côté des nouvelles musicalités, les amateurs de trap ont également eu leur lot de surprises avec un artiste de la nouvelle génération rap us : Denzel Curry. Le rappeur a complètement retourné le public avec des gros banger. Ses basslines dominaient le tout, avec des beats très novateurs. Sa carrière est prometteuse et croyez-nous que vous n’avez pas fini d’entendre parler de ce prodige.

Troisième journée



Samedi, un jour mémorable. Le groupe culte de rock britannique Franz Ferdinand a mis le feu sur scène en jouant leurs plus grands morceaux, comme à leur habitude. Ils ont mis le public à un niveau très haut. Histoire de bien préparer le public à une autre grosse tête d’affiche de ce festival : Justice.

Ce qu’on peut dire sans se mouiller c’est que les deux français sont toujours au rendez-vous. Avec un show lumière incroyable, le live était d’une pureté sans nom. Le mélange musical entre les trois albums de ce duo francais, comme par exemple le mix des titres “Pleasure” et “Phantom II” ont étonné plus d’un spectateur. En résumé,  Gaspard et Xavier on littéralement foutu le bordel, la fosse était en feu ! Leur retour était très attendu avec l’album Woman, et inévitablement beaucoup de monde était présent pour les voir.

Ce fut un beau moment de communion et notre coup de coeur du festival. Parfait juste avant d’aller voir The Blaze.
 Ce duo français nous a transporté dans une ambiance calme et posée, dans une house vraiment légère… Reconnus dans le métier grâce à leurs clips « Virile » et « Territory », ils nous ont subjugué. Ce fut un moment agréable et reposant dans ce samedi virevoltant. Pour la suite, et un petit cornet de fallafel plus tard, on se retrouve au concert du roi du troll, la pépite du rap français, Vald. Jouant sur scène avec son fidèle acolyte Suik’On Blaz AD, il a enchaîné des morceaux de son premier album Agartha avec un dynamisme et une folie belle à voir ! Ses morceaux sous vocodeur comme « Envie » ont apporté une autre facette à ce concert, avec une scénographie qui nous a amené dans son univers farfelu.
 Un concert marquant…

Avec 98.000 festivaliers cette année, le festival a connu sa meilleure affluence depuis sa création et la programmation et l’ambiance qui y règne est probablement une des raisons qui fait que les gens viennent encore et toujours plus nombreux au Cabaret Vert. De notre côté le choix est vite fait : on se voit l’année prochaine ? En attendant on vous laisse avec une petite galerie de photos prises sur site, bon visionnage !

©ArnaudGratia

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lire les articles précédents :
NANCY – Waabam : la personnalisation de textiles

Vous pensez à faire imprimer un tee-shirt avec un message personnel ou le logo de votre association ? Ne cherchez plus, on a trouvé Waabam