Be Kind, Rewind Vidéos

Be Kind, Rewind #11 – American Nightmare 2

American Nightmare 2

Be Kind, Rewind #11 • American Nightmare II Anarchy de James DeMonaco

L’horreur est à l’honneur, Halloween approche à grand pas. C’est pour cela que la rédac vous a choisi un film en accord parfait avec ce thème. Amoureux de sadisme et de gore, on a trouvé de quoi animer votre agréable nuit d’épouvante en compagnie des esprits ! On a décidé tout simplement de faire l’impasse sur la série de films kitsch qui n’en finit plus d’Halloween où les nombreux réalisateurs se sont enchaînés pour des raisons esthétiques. Aujourd’hui place à American Nightmare II Anarchy, un film de James DeMonaco, sorti en juillet 2014, délaissant la maison bourgeoise isolée afin d’élargir son aire de jeu à la ville entière. Que la purge commence…

Synopsis :

Dans une Amérique rongée par une criminalité débridée et des prisons surpeuplées, le gouvernement a donné son accord pour qu’une fois par an, pendant 12 heures, toutes activités criminelles, meurtres inclus soient légalisées. La police ne peut intervenir. Les hôpitaux suspendent leurs services. Cette nuit est appelée la Purge. Leo (Frank Grillo), un citoyen divorcé, à la carrure de flic, est hanté par la mort tragique de son fils. Cette nuit de purge va donc être pour lui l’occasion de venger cette mort, car la justice a libéré son chauffard d’assassin. Il va ainsi croiser sur sa route, Eva (Carmen Ejogo), une mère célibataire et sa fille adolescente, Cali (Zoe Soul). Ces dernières vivent dans un quartier défavorisé et sont les proies d’hommes masqués qui ont pénétrés chez elles pour les capturer. Au détriment de sa mission de vangeance, Leo ouvre le feu sur leurs agresseurs. Quant à Shane (Zach Gilford) et Liz (Kiele Sanchez), un couple sur le point de se séparer, sont de leur côté victimes d’un acte de sabotage sur leur voiture à quelques minutes seulement du début de la purge, et trouvent refuge dans le véhicule blindé que Leo a laissé ouvert pour porter secours à Eva et Cali. Shane et Liz rejoignent alors le petit groupe pour tenter de se défendre contre ceux qui ont la ferme intention d’exercer leur droit à la tuerie. Ils vont donc tenter par tous les moyens de survivre au chaos.

American Nightmare 2

L’idée d’agrandir le terrain de jeu des tueurs est la promesse explicite du cinéaste d’accentuer l’horreur de cette purge. Une mise en scène différente du premier volet qualifié de huit-clos d’American Nightmare la Purge ; faisant ainsi du spectateur un être au coeur de ce déchaînement de haine et de violence. Les amateurs du genre ont de quoi se régaler !

Sorti en 2013, American Nightmare la Purge connu à défaut une critique globalement positive et un réel succès en salles. Entre cynisme et horreur, American Nightmare se pose à la fois comme une série B et une peinture effrayante d’une Amérique face à ses cauchemars. Celui-ci est encore meilleur que l’opus précédent, comportant plus de batailles, plus de dynamique et plus de rythme ; beaucoup plus d’action dans cette jungle urbaine qu’est Los Angeles.

D’emblée, le ton est posé. En prenant pour cadre les rues abandonnées et impitoyables de Los Angeles aux purgeurs et en se focalisant sur un groupe tentant de survivre à cette folle nuit, James DeMonaco part dans une toute autre direction que celle du premier American Nightmare et ça lui réussit. Le film gagne en consistance. D’autant plus, qu’on ne peut que soutenir l’effort du cinéaste de s’orienter vers une autre approche nettement plus intéressante et avec une plus grande ampleur. L’analyse de la société est nettement plus virulente que cela soit dans la dénonciation de la classe aisée ou du gouvernement prêt à toutes les bassesses pour régulariser et supprimer les classes les plus pauvres.

American Nightmare 2

En effet, c’est en transplantant l’action du lieu unique du premier volet (où l’histoire ne se passait que dans une maison de banlieue chic d’Amérique) à une ville entière, la suite d’American Nightmare ne s’apparente plus à un thriller horrifique et suffoquant et devient un véritable film d’action dans un contexte un peu futuriste à s’en donner des frissons. Le réalisateur et scénariste James DeMonaco semble avoir pris encore plus de plaisir à retrouver son univers en ayant un budget – triplé – plus important à sa disposition, pour le film. Un avantage qu’il a su mettre à profit. Le rythme est efficace, l’ambiance l’est tout autant. Un film plein de rebondissements, où il est impossible de s’ennuyer et de perdre le fil de la narration, avec une chute des plus intrigantes. La vitesse et la rapidité des péripéties ainsi que le danger omniprésent font qu’American Nightmare II offre une nouvelle vision du film d’horreur puisqu’il ne s’agit pas de faire sursauter le public mais plutôt de jouer avec ses nerfs en rendant notamment les protagonistes attachants et les scènes de guérilla urbaines excitantes. Ainsi, on est constamment sur nos gardes en attendant de voir le sort réservé aux personnes dans la rue. De plus, des efforts ont été faits au niveau des prises de vue avec des plans beaucoup plus aérés et moins serrés, ce qui rend le film d’avantage plaisant.

On peut donc dire qu’American Nightmare II Anarchy de James DeMonaco dénonce en particulier les dérives de la société actuelle où chaque pays tente d’éradiquer comme il peut le chômage et la pauvreté. Remarquez bien qu’ici, il est évident que la solution est extrême.

American Nightmare 2

Mais attention, gardez l’oeil ouvert car sachez que James DeMonaco a de nouveau remis sa casquette de réalisateur pour un American Nightmare 3 prévu pour 2015. On ignore pour le moment dans quel environnement le troisième volet se déroulera, mais James à notre confiance et saura nous satisfaire !

Bénie soit l’Amérique, une nation ressuscitée

Articles similaires

CINÉMA – Monsieur & Madame Adelman, une odyssée de l’amour Nicolas Bedos, homme de lettres et de télévision, personnage controversé, héritier d'un humour bien marqué, relève à 36 ans un pari audacieux avec ce film
PORTRAIT – Rémi Verdel : réalisateur, monteur, producteur… Rémi Verdel est un artiste nancéien un peu touche-à-tout qui nous a charmé par son travail acharné, son style particulier et sa bienveillance certaine
CINEMA – Moonlight : le film bouleversant du réalisateur Barry Jenkins, nommé pas moins de 8 fois aux Oscars Réalisé par Barry Jenkins, il a déjà remporté le Golden Globe du "Meilleur film dramatique" et se retrouve nommé 8 fois aux Oscars, ce n'est pas un hasard
High Five #7 : Nouvelle année, nouveau cru… Septième édition du High Five, ta dose de bons clips
High Five #6 : Avant d’entamer l’hiver… Sixième édition du High Five, ta dose de bons clips
Lire les articles précédents :
Interview #11 – La Machine à Vapeur

Le temps d'un petit verre, nous avons discuté avec la très sympathique Sandy, gérante de la Machine à Vapeur à Nancy.