Si quelques sites préhistoriques sont visibles proches de Nancy, il semblerait que la naissance de Nancy date de l’époque Mérovingienne. Au XIème siècle, Nancy n’est alors qu’un château. Gérard d’Alsace décide alors d’y fonder une petite cité qui deviendra la capitale du duché de Lorraine au XIVème siècle.

Au coeur des conflits : Moyen Âge et Renaissance

Nancy connaîtra plusieurs batailles et plusieurs guerres en son sein, elle représente un enjeu stratégique dans les luttes de pouvoir de l’époque. Incendiée une première fois en 1218 lors de la Guerre de succession de Champagne, elle est reconstruite et agrandie. Elle connaît alors une accalmie jusqu’en 1477 lors de la bataille de Nancy. La Lorraine devient en 1475 l’enjeu de la guerre de Bourgogne. Les armées de Charles le Téméraire envahissent les territoires lorrains. Nancy sera un lieu de siège pendant un an, et sera libérée par René II, vainqueur de la bataille, qui devient le premier duc de Nancy.

Pendant plusieurs siècles, la ville s’étend, se dote d’églises, de palais, de places. Bref, la ville de Nancy connaît un essor et est chérie par ses différents ducs.

Jusqu’au XVIIème siècle, où les différentes manœuvres politiques en faveur du Saint-Empire romain germanique par Charles IV, mettent en disgrâce le duché de Lorraine. Ainsi en 1633, le roi de France décide d’assiéger Nancy.

Le siège de Nancy dure plusieurs jours, le traité de Charmes y met fin le 20 septembre 1633. La Lorraine fait désormais partie du Royaume de France.

L’âge d’or

Léopold Ier prend à cœur de redonner à Nancy sa grandeur du temps de Charles III. En 1714, à la fin de l’occupation française, il édite une ordonnance qui permet à quiconque d’exercer le métier de son choix, attirant ainsi des artisans étrangers.C’est un succès et de nombreuses manufactures s’installent à Nancy, donnant du travail aux habitants et luttant ainsi contre la pauvreté.

Pour satisfaire des accords de paix, le roi de France fait de Stanislas Leszczyński, roi de Pologne le souverain officiel de la Lorraine. S’il n’a surtout qu’un rôle de représentation et peu de pouvoir, Stanislas s’implique pour améliorer la qualité de vie des Nancéiens et faire du duché un pôle culturel. Pendant le siècle des Lumières, la ville est alors à son apogée. C’est à cette époque, que la place aux dimensions parfaites, la place Stanislas est construite.

En 1871, alors que la Moselle et l’Alsace deviennent allemandes, avec notamment Strasbourg et Metz, conséquence du traité de Francfort, Nancy reste française. D’ailleurs c’est une véritable renaissance pour la ville, un âge d’or pour la culture.

Le XXème siècle

Durant la Première Guerre mondiale, Nancy est proche du front. Elle est déclarée en siège en 1914, jusqu’à la bataille du Grand Couronné. Pendant la guerre, la ville connaît de grands mouvements de population, réfugiés arrivant et habitants quittant la ville. Elle sera bombardée plusieurs fois par l’armée allemande. La bravoure des habitants de la ville leur vaudra la légion d’honneur pour la ville de Nancy.

Pendant la deuxième Guerre mondiale, l’armée allemande entre à Nancy le 16 juin 1940 sans prendre les armes. Elle sera libérée en septembre 1944 par la troisième armée américaine du général Patton.

Après 1945, la ville évolue comme beaucoup de villes de France. Les rénovations urbaines sont nombreuses et parfois décriées. Les plus récentes sont celles du Grand Nancy et de la réhabilitation des rives de la Meurthe.