Interviews Musiques

Interview #19 – Perséphone

10891559_731675310273068_6655323033550808528_n

Le duo Perséphone était présent aux platines vendredi 27 février à la Machine à Vapeur pour le plaisir de vos sens. We Love Nancy est allé à la rencontre de ces deux jeunes talentueux DJ nancéiens.


Salut les gars, dans un premier temps, on va vous laissez vous présenter.
Simon: Alors moi c’est Simon, j’ai 23 ans, je suis étudiant à la faculté du sport et je fais de la musique depuis 6 ou 7 ans à peu près.
Charles: Moi c’est Charles, j’ai 22 ans et je suis à la faculté de sciences à Nancy en master de sciences physiques et pareil je fais de la musique depuis 6 ans avec Simon.

Comment définiriez-vous votre musique ?
Simon: Alors c’est assez difficile à définir parce que depuis qu’on a commencé y a eu une belle évolution artistique. On est très influencés par beaucoup de titres de musique et du coup c’est parti dans un délire d’étudiants trash et un peu bourrin.  Là on a tendance à devenir un peu plus posé. Mais on varie les styles en général.

Ça fait un bail que vous vous connaissez, mais alors comment vous êtes-vous rencontré ?
Charles: Au collège, en troisième, on n’était pas dans la même classe mais on était en sport ensemble, en handball même.
Simon: Du coup oui on est très amis depuis longtemps et on partage la même passion pour la musique. On en est venu à se faire un petit duo de musique électronique.

10959659_745296015577664_1230748318732854048_n

Et depuis combien de temps mixez-vous ensemble ?
Charles et Simon: Ça fais 5 ans qu’on joue ensemble.

Et individuellement ?
S: Individuellement, ça fait un peu plus longtemps parce que j’ai commencé au tout début du lycée sur des petits logiciels tout simple genre VirtualDJ pour ceux qui s’intéressent un peu à l’électro.
C: Moi je faisais un peu de piano avant mais c’est Simon qui m’a fait découvrir le milieu, les logiciels et le matos aussi.

Pourquoi avoir choisi Perséphone comme nom ?
S: Alors on va être honnête, au tout début on ne s’appelait pas comme ça, on avait un nom pourri. On a fait un morceau qu’on a proposé à un label de musique tenu par un artiste qui s’appelle NEUS. Il nous a demandé de changer de nom pour son label. Je pense qu’il trouvait le nom aussi pourri que nous, on s’est mis à chercher des noms qui pouvaient bien sonner et c’est là que Perséphone est né. Ça sonne bien et puis il y a a une petite référence à la mythologie. On s’est dit qu’il y avait un bon concept à explorer avec ce nom-là.

Pour vos productions, vous avez quoi comme inspirations ?
C: Difficile à dire parce qu’il y en a vraiment beaucoup et de tout les styles mais pour en citer une du moment Professor Kliq avec Seventeen.
S: Sinon y a de bons groupes qu’on écoutent. Pour ne pas être très originaux, on peut citer Justice qui est notre première source d’inspiration à la base et c’est grâce à cette musique qu’on s’est intéressé à beaucoup d’autres artistes. En ce moment on vire plus sur des artistes comme Air ou Jackson & His Computer Band, beaucoup de hip hop aussi, on en passe pas mal dans nos sets d’ailleurs, en bref c’est assez éclectique.

Un coup de coeur musical en ce moment ?
C: Sur le coup, je dirais Jackson & His Computer Band.
S: En ce moment, j’aime bien les artistes tel que les JukeBox Champions, je suis fan de leur morceau Lets Get, c’est un peu hip hop un peu rétro. C’est des DJs vinyls, à écouter en tout cas.

Dans quels lieux avez-vous déjà mixés ? Seulement sur Nancy ou autre part ?
C: Ouais seulement sur Nancy. On avait décroché une date pour un club à Toulouse mais ils nous ont confirmé trop tard et pour le train c’était impossible.
S: Sur Nancy on a fait un peu le tour des endroits. On a fait l’Envers, on est résidents du Mouton Electrique, ce soir c’est la Machine à Vapeur, on a joué à l’Appart, la belle boite qui a remplacé l’étage, le Hat Shop aussi qu’on n’oublie pas. Ils nous avaient reçus pour un petit showcase sympathique. Après on est ouvert à toutes propositions pour jouer et s’amuser le temps d’une soirée.

Le 13 février vous étiez conviés à l’Appart pour l’anniversaire de Never Seen Before, racontez-nous comment ça c’est passé ?
C: C’était de la pure folie. Une super organisation, des gens super sympas partout et franchement on s’est bien éclaté.
S: ça nous branche vraiment de faire ce genre de dates pour des potes. C’était une de nos meilleures dates, il y avait vraiment du monde et on nous avait mis entre autre en tête d’affiche. On a pu jouer comme on le voulait et les mecs qu’on a rencontré là-bas, comme Clément et Renaud, nous ont vraiment mis à l’aise.

Vous avez un rituel avant de jouer ?
S: On passe généralement la journée sur notre set du soir. C’est un rituel qui arrive tout le temps. On est rarement prêt avant l’échéance. Mais ça se passe toujours de la meilleure des façons.

Votre pire et meilleur souvenir de scène ou repet ?
C: Y a un concert où on a eu une bonne galère d’ordinateur. Tout a planté pendant la nuit du Gec en 2013.
S: Pour moi aussi c’était cette date là. C’était la Nuit du Gec en mars 2013 et tout se passait bien, on était dans la grande salle et là, gros pépin informatique, c’était la première fois que ça nous arrivait. On a un peu paniqué et on a dû balancer notre iTunes en attendant se remettre en place mais la plupart du temps ça se passe bien.

Vous avez des projets pour l’avenir ?
C: On sort un Ep très prochainement.
S: Oui, on a enregistré un EP fin 2014 mais il n’est pas tout à fait terminé.  On vous tiendra au courant mais ce sera un EP assez représentatif de nos influences du moment. Après, nos influences sont variées avec des morceaux très différents les uns des autres mais le tout reste dans la même ambiance quand même. On espère vivement que ça va se faire, il sortira normalement sur les plates-forme de téléchargement légal et il y aura aussi des éditions limitées en vinyl et CD.
On a aussi un autre projet lié au cinéma. On s’intéresse à ça depuis longtemps et on travaille actuellement à l’écriture du scénario d’un court-métrage et, ensuite, enregistrer une bande originale. On est en train de voir pour chercher des petits coups de mains pour tourner.

Ce soir, vous montez sur la scène de la Machine à Vapeur ? C’est bien votre première fois ici ? Pas trop stressés ?
C: C’est la deuxième fois que je viens ici mais la première fois en tant que DJ. Pour le stress j’y suis un petit peu mais c’est normal.
S: Oui franchement c’est un lieu très accueillant, un lieu que je trouve très sympa dans le sens où une péniche comme ça sur l’eau, même en hiver, c’est un peu underground et c’est vachement propice à ce genre de soirées, et je pense que ce soir on va bien se faire plaisir.

Un petit mot pour la fin ?
S: Valentin Py, petit clin d’œil.
C: Je vais dire “univers”.

Merci à vous, passez une bonne soirée.
Simon et Charles: Un grand merci à vous de parler de nous, continuez votre travail, votre site est cool et vous êtes très sympathique. Merci encore !


Perséphone

FacebookSoundcloud

Articles similaires

CONCOURS – 2×1 place à gagner pour l’Opening de L’Ostra Club À l'occasion de l'opening de L'Ostra Club pour sa saison 2017-2018, on organise un concours pour vous faire gagner 2x1 place pour assister à la soirée
Concours – 2×2 places à gagner pour la soirée Trap House à LNVRS À l'occasion de la rentrée de L'Envers Club, nous organisons un concours pour vous faire gagner 4 places pour assister à l'événement Trap House
Dour Festival : reportage croisé d’un fan de techno et d’un fan de rap Deux de nos rédacteurs spécialisés en musique ont été en Belgique, au Dour Festival, pour faire un reportage croisé, entre fan de rap et de techno
NANCY – L’artiste Mire vient de sortir son premier EP Entièrement réalisé et produit en indépendance par l’artiste nancéien Mire, le projet "A Meaning of Love" vient de sortir en digital et en streaming
REPORT – Jardin du Michel, Jour #1 : Feder, Jabberwocky, Lorenzo, 2 Many Djs… Pour sa treizième édition, hors de Bulligny cette fois, à Toul précisément, le festival du Jardin du Michel a réuni des artistes divers et variés
Lire les articles précédents :
Kingsman, le film d’humour et d’espions rafraîchissant

Kingsman, le film d'humour et d'espions rafraîchissant