Événements Musiques

EVENT – Mara Moja a le mojo

11844291_10206243033347001_282596113_n

Vendredi 24 juillet, Musiques Volantes a présenté la cinquième édition des PQNQ Sonores avec le label messin Mara Moja et des artistes locaux de la scène électronique dans des repaires mystiques de la ville : la porte des Allemands et L’Endroit.

Début des festivités dès 17h dans la cour de la porte des Allemands, forteresse médiévale et pôle culturel de prestige. House brûlante et techno minimale atmosphérique se font déjà entendre au loin par les passants du quartier Outre-Seille. Les plus curieux d’entre eux auraient eu tort de ne pas s’arrêter.

« Y’a pas assez d’basses », « Elle est où la hardtek ? »

Bien que certains se soient quelque peu égarés de leur chemin, d’autres savaient qu’ils étaient tombés au bon endroit. Avide de défendre la scène indépendante et d’investir des lieux pittoresques pour ses 20 ans, le festival Musiques Volantes a uni ses forces avec celles de Mara Moja et des DJs du terroir. Parmi eux, Jens Lözeltt, Mac Swyaa, Nate Tone et Canse ont pris possession du plus important vestige des remparts médiévaux messins. Une richesse du patrimoine qui réserve des surprises de taille dont une terrasse d’envergure surplombant la ville.

Un label messin sur tous les fronts

Depuis environ un an, les Mara Moja ont fait leur apparition dans le paysage artistique lorrain. Originaire de Metz, le label s’est donné pour objectif de redynamiser la ville à grands coups de musique techno et house, chère à la ville de Detroit des années 80. Désormais, « les soirées Mara Moja » sont devenues une signature dont les spectateurs les plus avertis comprennent l’ambiance en entendant ces termes. Le label a imposé sa philosophie de vie à travers ses différents DJ set. Mixant tous sur platines vinyles, chaque DJ du groupe a su garder sa touche personnelle, tout en ayant en commun cette nostalgie du présent, et cet amour du groove. Mara Moja, c’est une façon de voir la vie, représentée par la musique. Déjà à l’origine de nombreuses soirées sur Metz, Nancy, Strasbourg ou Sarrebruck, et d’un festival l’été dernier à Arry, le label s’est, cette fois-ci, implanté dans un lieu historique de la ville des grenats : la porte des Allemands.

Mara Moja s’empare des remparts de Metz

En plus d’avoir revisité l’espace à son image avec des accessoires occultes et de la végétation tropicale, Mara Moja n’a pas lésiné sur le confort de ses visiteurs en mettant à leur disposition une zone de confort improvisée avec des palettes détournées en canapés, tapis d’Orient et détails kitsch. Le jeune label a même poussé le vice encore plus loin en diabolisant ses fidèles, qui se sont retrouvés possédés par le groove ardent émanant des boîtes à rythme, à fouler énergiquement les pavés de l’édifice moyenâgeux. Quoi de plus habituel un soir d’été, quand chaleur et bonne humeur ambiante sont au rendez-vous. L’ennui, c’est que nous étions encore loin d’avoir tout vu. Un incident météorologique aurait pu compromettre la soirée aux environs de 21h30. Si le déluge n’a pas tout entraîné sur son passage, il a néanmoins provoqué l’euphorie générale et n’a pas arrêté les plus déterminés à se mouvoir au rythme de la house et de la techno.

Certains se sont livrés à une danse de la pluie, un rituel chez les indiens, mais aussi chez les messins fédérés par l’amour de la musique électronique. Les moins téméraires ont, quant à eux, pu assister à un spectacle de toute beauté : celui de corps agités de soubresauts qui entrent dans une forme de transe produite par entraînement collectif. Ceux qui pensaient que les phénomènes atmosphériques auraient un impact sur la fête avaient tort. Il fallait plus que des précipitations sans gravité pour dissuader les troubadours d’égayer la citadelle en sautillant jusqu’à 1h. Nous ignorons si c’est le soleil, étincelant de mille feux ce jour-là, le punch délectable ou les merguez grillées avec amour par un type en tablier imprimé « Flower Power » qui leur a fait cet effet.

L’after : L’Endroit versus le 2001 Odyssey

Après avoir marqué la pierre de Jaumont au fer rouge par leurs folies respectives, les troupes ont franchi la herse en vue de quitter la porte des Allemands pour partir à l’assaut de L’Endroit, un lieu de vie nocturne d’un autre genre. La transition entre un univers médiéval et un décor plus contemporain s’est faite naturellement. Le décalage horaire qu’engendre un tel voyage dans le temps ne s’est pas fait sentir non plus. Ce sont des messins plus survoltés que jamais qu’on a retrouvé dans le night-club, se laissant aller à des danses toutes plus créatives et informelles les unes que les autres. Chaque protagoniste s’est réapproprié la piste pour y imposer son pas de danse très personnel. Si certains ont soumis une gestuelle improvisée mais néanmoins cohérente sur de l’acid house, d’autres ont expérimenté tous les podiums se trouvant sur leur passage.

À notre grand regret, nous n’avons pas eu le droit à une danse collective de la pluie, à l’affût des énergies subtiles qui entourent la transe chamanique. C’est autour d’un son puissant et martelé, dicté par Stoé Orkéo et Egon, que les derniers insomniaques se sont réunis. Des mélodies envoûtantes mais pas tapageuses grâce à un volume sonore modéré, permettant toujours une communication audible. Peu avant 5h, un autre phénomène chimérique s’est produit quand un duo masculin a embrasé le podium en réincarnant John Travolta dans La Fièvre du samedi soir. Les noctambules au déhanché extravagant ont pris leur rôle très à cœur : celui des rois du 2001 Odyssey, discothèque de ce film culte des seventies. Pas de “You Should Be Dancing” des Bee Gees en fond sonore mais un hymne tout aussi religieux : « We Magnify His Name » de Floorplan, plus connu sous le nom de Robert Hood. Quoi de plus pertinent, pour clôturer les festivités, que le chef-d’œuvre d’un membre fondateur du label techno le plus influent dans le monde : Underground Resistance.

Déçus d’avoir loupé cette soirée ? Ne vous en faites pas. Du 21 au 23 août, Mara Moja organise la deuxième édition de leur festival à Arry (entre Nancy et Metz) où vous retrouverez tous les DJs du label, accompagnés de nombreux guests. Entrée gratuite et bonne ambiance garantie pour tous les amateurs de musique électronique. Alors, prêts à décoller pour l’extase ?  

11844291_10206243033347001_282596113_n

EVENT FACEBOOK

La liste complète des artistes et la time table n’est pas encore dévoilée mais voici les quelques premiers noms qui sauront vous mettre d’attaque :


JULIAN MULLER (Initial Berlin, Berlin)
Soundcloud / Facebook

ARNDT29 (ARNDT 29, Saarbrücken)
Soundcloud / Facebook

VARHAT (Yoyaku, Strasbourg)
Soundcloud / Facebook

MAC SWYAA (Mara Moja, Paris)
Facebook

Et 14 autres…

Du côté des horaires, l’ouverture au public se fera le vendredi 21 août à 16h pour commencer à 17h. Les artistes s’occuperont de vous faire danser jusqu’au dimanche 23 à 14h. Le site fermera ensuite à 17h pour que chacun puisse reprendre une activité normale.

Article rédigé par Mina Daniele & Brice Launois

Articles similaires

CONCOURS – 4×1 place à gagner pour Charlotte de Witte à LNVRS 4 places à gagner pour aller voir l'artiste belge de 24 ans Charlotte de Witte lors de sa venue à à Nancy, à LNVRS, le 5 mai !
INTERVIEW #36 – Roméo Elvis au Chill Up Festival À l'occasion de la 5ème et dernière édition du Chill Up Festival, nous avons interviewé le belge Roméo Elvis... une rencontre riche et intéressante !
CONCOURS – 2×1 place pour assister au concert de Laura Cahen à la Salle Poirel Après avoir publié deux EP et donné plus de 150 concerts, Laura Cahen débarque à Nancy à l'occasion de son nouvel album intitulé "Nord"
EVENT – Exposition photos « Entrelacs » de Renaud Schaack Du 21 mars au 15 avril, à la Galerie 1er Degré de la MJC Lillebonne, a eu lieu l'exposition photos « Entrelacs » de l'artiste Renaud Schaack
CONCOURS – 2×1 place pour assister au concert de Frànçois and The Atlas Mountains à L’Autre Canal Dans le cadre des ses 5 ans, Off Kultur s'associe à L'Autre Canal Nancy pour la venue de Frànçois and The Atlas Mountains, le 28 avril prochain
Lire les articles précédents :
EVENT – Le Rodéo-Trip du Cabaret Vert

Après une édition intense l’année dernière, avec le vol plané de Francis lors du concert de Shaka Ponk et des artistes comme Joey Bada$$, Flume ou encore The Prodigy, l’équipe de We Love Nancy sera...