Arts Nancy Portraits

PORTRAIT – Clybee, la photographe intimiste

Clybee, la photographe intimiste

On vous en parlait il y a quelques semaines déjà, dans cet article, Clybee est une artiste comme on en fait peu. Totalement charmés par son travail et sa vision, nous avons décidé de faire connaissance. Voici le portrait d’une photographe qui vogue de Nancy à Strasbourg en distillant des “instants” de douceur sur son site…

Est-ce que tu peux tout d’abord te présenter et nous parler un peu de ton parcours ?

Je suis Clybee, Emeline de mon vrai prénom, j’ai 22 ans et je suis étudiante en Master Monde Anglophone à Strasbourg. J’ai commencé sérieusement la photo il y a bientôt 4 ans, quand ma moitié m’a offert mon premier appareil : un Pentax K1000. Mais j’ai commencé en réalité un peu avant ça, avec un vieux bridge que mon père m’avait prêté. C’était mon seul moyen de tâter le terrain disons, mais pas très pratique pour apprendre les bases. C’est vraiment quand j’ai eu ce joli appareil argentique, idéal pour l’apprentissage, que je m’y suis vraiment mise.

Comment t’es venu l’amour de la photographie ?

J’ai eu envie de m’y mettre quand j’ai vu les photos d’un artiste bien plus expérimenté que moi, et que j’ai la chance de compter parmi mon entourage proche : Chill (chillphotographie.com). J’ai toujours été intéressée par l’art en général. J’ai fait un peu de théâtre, je dessine légèrement, j’ai écrit une petite nouvelle pas terrible, j’écris des poèmes aussi (pas terrible non plus), je joue de la guitare et j’ai chanté dans des groupes. Je n’avais jamais touché à la photo et en voyant celles de Chill, j’ai eu envie de voir ce que ça pourrait donner quand c’est moi qui tient l’appareil. Depuis, la passion ne m’a plus lâchée.

J’ai commencé par prendre des paysages, des villes, des portraits de mon chéri, mes chats, et très vite j’ai eu envie de prendre des gens en photos, de faire des séances plus intimes et dénudées. Alors j’ai demandé à une de mes meilleures amies, je lui ai proposée l’idée, et deux mois après avoir reçu mon Pentax, on faisait des photos dans son appartement peu lumineux. J’ai su que c’était ça, mon truc, et je m’y suis tenue, en essayant toujours d’améliorer le résultat, de trouver mon style à moi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quels appareils possèdes-tu et lequel préfères-tu utiliser ?

Pour mes 20 ans, ma famille et mes amis se sont cotisés pour m’offrir un réflex numérique. Un Canon 5D, avec un objectif 50mm (idéal pour du portrait, focale que j’avais déjà testée avec mon Pentax). C’est mon compagnon de tous les jours, celui que j’utilise le plus. J’ai, en plus du K1000, pas mal d’autres appareils argentiques. Celui que j’utilise le plus en ce moment, c’est le Canon AE1 Program, un petit bijou.

Mais je crois que mon préféré, parce que c’est le plus mystérieux, c’est mon vieil appareil à soufflet, un Kodak “Folding Cartridge Hawk-Eye Model B” : un modèle des années 1920 que ma cousine a retrouvé dans le grenier d’une amie ! Il n’est pas évident à utiliser, ni pour viser, ni pour gérer l’exposition. Mais quand une photo est réussie, il est d’une précision impressionnante. Je l’adore, et je regrette de ne pas l’utiliser plus que ça.

Comment tu définirais ton style ?

J’ai un peu de mal à définir mon style encore, mais dire que je fais dans le portrait intimiste et dans la nudité douce me plait assez. Je pense que c’est ce qui s’en rapproche le plus…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tu peux nous raconter une petite anecdote d’une de tes séances photos ?

Wow, il va falloir que je réfléchisse un peu plus pour celle-là ! C’est pas évident… Pour une, je dirais que c’était lors de cette séance dans la nature avec mon amie Simone. Une amie de la FAC, Lise, qui dessine, nous avait accompagnée. On s’était posées devant un arbre près d’un sentier, qui était supposément désert. On a commencé les photos, Simone retire son haut, elle est topless, en jupe orange, sur une branche de l’arbre quand on entend des pas. Une petite famille de randonneurs approchaient. Lise a jeté un gilet à Simone, qui s’est couverte rapidement, toujours sur sa branche. On s’est stoppées toutes les trois, moi avec l’appareil dans la main, Lise son calepin à dessin, et Simone dans l’arbre cachée derrière son gilet, la petite famille nous a regardée en passant, avec un sourire “Bonjour messieurs-dames, bonne journée !” C’était plutôt ridicule et drôle comme moment.

Sinon, je dirais que toutes les séances ont un petit quelque-chose de marrant, un chat qui va vouloir faire partie du cadre, un coin avec de la lumière difficile d’accès et qui exige des positions bizarres, tant pour la modèle que pour moi (en équilibre sur un radiateur étroit par exemple…), moi qui manque de tomber sur la modèle en voulant la prendre en photo de haut… On imagine trop souvent que les séances photos intimes sont des moments sensuels. En réalité, c’est tout le contraire, et c’est ce qui rend l’activité aussi marrante. C’est très bon-enfant en fait, on s’amuse, on fait un peu n’importe quoi parfois pour réussir à avoir un cliché qui va nous plaire…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tu as déjà photographié combien de modèles et tu as fait combien de séances photos au total ?

Ça c’est difficile à chiffrer, vraiment. En presque 4 ans je dirais que j’ai eu une vingtaine de modèles, pour une trentaine de séances. Avec certaines, avec mes amies les plus proches, mes muses, nous arrivont à nous voir plusieurs fois. (On s’est vu 6 fois pour faire des photos avec Simone, par exemple).

Tu as des modèles “types” ou pas du tout ?

Dans l’idéal, j’aimerais photographier des femmes (et des hommes aussi, pourquoi pas) de toutes formes, de toutes tailles, de toutes couleurs, de tous âges. Je cherche chez d’autres artistes une représentation plus large de toute la gente féminine, dans toute sa beauté naturelle, et j’aimerais le faire moi-même. Je crois que toutes les femmes sont belles, peu importe leurs mensurations, leurs origines, leur couleur de peau, leur âge, et j’aimerais le montrer dans mes photos. Je ne fais aucun tri, je n’impose aucun critère, bien au contraire. Je manque simplement de candidates pour une représentation plus large. Je ne sais pas si c’est un soucis de confiance en soi, mais en tout cas, si vous êtes intéressées, n’hésitez pas !

C’est toujours toi qui prend contact avec les modèles ou parfois on te fait des demandes ?

Ça dépend, ça se fait un peu tout seul. Souvent par le biais d’annonces que j’aurais postées disant que je cherche de nouveaux visages à photographier, ou d’annonces qu’elles auraient postées elle-mêmes en disant qu’elles cherchent de nouvelles collaborations avec des photographes, etc… Pour une bonne partie d’entre elles ça s’est passé comme ça, pour beaucoup d’autres, c’est parce que j’ai vu des photos d’elles prises par des photographes que je suis sur Instagram par exemple, et en les suivant elles découvrent mes photos et on se met à discuter… Parfois c’est également par le biais d’amies en commun.

Tu peux nous parler un peu des projets qui arrivent ?

Pour le moment j’expose depuis début Février à La Rhumerie La Plantation, et le patron, Coco, m’a proposé de prolonger encore l’exposition sur le mois de Mars… C’est cool !

Articles similaires

CONCOURS – 2×1 place à gagner pour le Closing de L’Ostra avec Zadig Pour ce closing de la saison de L'Ostra Club, un très grand artiste sera de retour au club : Zadig. Pour l'occasion, on te fais gagner 2 places
CONCOURS – 4 places à gagner pour Crème Gentilly à la Piscine Gentilly & Apologia à LNVRS Ce vendredi 30 juin, nous vous proposons de gagner 4 places pour les évènements Crème Gentilly à la Piscine Gentilly et Apologia à l'Envers Club
CONCOURS – 1×2 places à gagner pour Les Plaisirs de la Découverte du Ballet de Lorraine Nous organisons un concours pour vous permettre de gagner 2 places pour aller voir l'évènement Les Plaisirs de la Découverte du Ballet de Lorraine
NANCY – Exelis : la conciergerie 2.0 qui prend soin de votre Airbnb Une de vos expériences en location Airbnb a-t-elle déjà été décevante ? Si c’est le cas, Exelis Conciergerie va vous intéresser...
Lire les articles précédents :
LM Les Nancéiennes : Joséphine, 23 ans

Le concept de LMLN ? Nous parcourons les rues nancéiennes à la recherche de celles qui feront vibrer nos appareils photo ainsi que notre fibre créatrice